Vacances 2011 : l’Ecosse, c’est raté alors… on improvise!

Classé dans : France | 12

Semaine 1 :

Nous étions fin prêts pour un merveilleux voyage en Ecosse qui fut gâché par l’incompétence de la remplaçante de notre vétérinaire habituel. Je vous ferai grâce des pérégrinations et des déceptions qui nous ont conduites à cet état de fait mais je n’aurai qu’un conseil à vous donner : vérifier chaque acte, date et tampon apposés par votre véto car comme nous l’a dit l’employé de P&O ferries : 100 % des problèmes pour passer la douane en Grande Bretagne viennent des erreurs des vétérinaires.

Nous avons donc dû ravaler notre colère, tourner la page et remettre à l’année prochaine notre beau circuit en Ecosse. Puis il a fallu définir un nouveau circuit pour de nouvelles vacances, françaises du coup…Notre première nuit où j’ai peu dormi, encore bouleversée par ce fâcheux contre-temps se passera à la ferme de l’horloge : accueillant france passion mais également aire de services privée. L’endroit est très calme avec une jolie vue et notre hôte très sympathique. Pour couronner le tout, notre fidèle Sisko nous semble fatigué et en petite forme. Nous consultons un véto dès le lundi qui met en place un traitement cardiaque car son coeur donne des signes de faiblesse. 
Nous nous sommes basés sur le fait que nous partions de Calais. Nous suivrons donc la côte d’opale en passant par les caps Blanc-Nez et Gris-Nez récemment classés grand site de France. Nous avons trouvé à nous poser sur une jolie aire naturelle à Escalles à proximité du cap Blanc-Nez. Il existe un sentier qui peut nous y mener en partant de l’aire naturelle mais cela fait une bonne “trotte”. En partant le matin avec un pique-nique, cela peut faire une sympathique randonnée…que nous n’avons pas faite car nous sommes arrivés en fin d’après-midi et nous ne sommes pas allés jusqu’au bout.

Ce soir, nous commençons enfin à nous relaxer et envisageons de nouveau avec le sourire les quatre semaines de vadrouille qui s’offrent à nous.
Nuit bien plus reposante et matin bien sympathique avec le beau temps. Nous poursuivons jusqu’au Cap Gris-Nez. Nous pouvons monter jusqu’en haut où un parking nous permet de stationner. Petite balade à pied sur le site.


(drôle de cailloux!)


(nous, on y a vu un lapin dans ces buissons, et vous ?!)

Dommage, c’est un peu brumeux pour apercevoir le Blanc-Nez.

Nous continuons sur la D940 jusqu’à Boulogne s/mer. Sans guide, sans préparation ni recherches, c’est un peu dur de savoir où s’arrêter et ce qui vaut le détour. En tous cas, Boulogne ne sera que traversée. Bof ! Quelques provisions et nous poursuivons sur Etaples, même chose, sans intéret. Nous arrivons enfin au Touquet. On commence à se dire qu’il va falloir se trouver un guide et revoir notre circuit. Nous trouverons à nous installer à l’aire de services à côté de l’hippodrôme, plutôt agréable, herbée et ombragée. Nous l’avons préféré à celle de la base nautique qui n’est qu’un parking. Nous enfourchons les vélos et filons sur le front de mer. Le Touquet est une station balnéaire avec beaucoup de charme, essentiellement grâce à ses magnifiques villas disséminées dans les petites rues proches de la grande plage où se déroule le célèbre enduro du Touquet. Joli hôtel de ville à l’architecture singulière

et cette maison que nous avons comparé à une mini “maison-blanche”

.

Le marché couvert est superbe, flanqué de ces deux halles de chaque côté.

Petite flânerie dans les rues commerçantes, petite halte en bord de mer, puis nous rentrons au cc. Programme pour demain : Le Crotoy et la baie de Somme.
Nuit calme et départ sous une grosse averse. Route facile jusqu’au Crotoy. Nous trouvons l’aire de services au bord de la baie derrière la gare.

Je parle de la gare car au programme cet après-midi : traversée ferroviaire d’une partie de la baie de Somme jusqu’à St Valery sur Somme juste en face.

Quelle chance , l’orage finit, le ciel bleu et le soleil reviennent ! Le jet de vapeur de la loco raye le ciel, le soleil se reflète sur les étendues d’eau disséminées çà et là, la faune principalement des oiseaux enchantent le paysage.

Et l’arrivée sur le petit port de St Valéry sur Somme vaut le détour.

Nous avons deux heures devant nous pour découvir le quartier des marins et la cité médiévale. Joli petit bourg qui me plaira par sa simplicité et son passé de marins encore présent.

Retour tout aussi enchanteur.
Nuit calme à l’aire de services du Crotoy. Nous décidons pour le lendemain de basculer au camping pour shampoing et autres besoins. Nous consacrons un petit bout de la matinée à la découverte du centre-ville à pied. Rien de très renversant mais bien vivant. Une belle éclaircie de l’après-midi nous invitera à une grande évasion à vélo sur la digue qui longe la baie.

Moment de bons souvenirs de vacances ! J’ai beaucoup apprécié cette balade comme si je rentrais au milieu de la baie agrémenté des jolis reflets du soleil sur la baie.
Malheureusement la santé de Sisko décline de plus en plus et nous inquiète au plus haut point. Il a des difficultés à respirer, il semblerait que ses problèmes cardiaques s’aggravent. En pleine nuit, nous sommes contraints d’appeler le véto de garde. Il fait un oedème plumonaire. Le lendemain, en fin de matinée, aucune amélioration. Il est à bout de forces. Nous retournons chez le véto et c’est la mort dans l’âme que nous sommes amenés à abréger ses souffrances car son coeur est en train de lâcher. Nous avons tous les trois le coeur brisé, nous l’aimions tellement ! ! Après avoir partagé plus de 10 ans notre vie et nos voyages , il laisse un vide énorme…

(une de ses dernières photos)

Nous irons sur la plage tenter de mettre, quelques instants, notre chagrin de côté…


le temps se met au diapason, l’orage menace (photo réalisée sans trucage).

Nous resterons une nuit de plus afin de nous remettre un peu. Une grande question demeure : Que fait-on ? Continuer ou rentrer ? On se dit que rentrer pour se morfondre à la maison et broyer du noir ne nous apporterait rien de bon. Nous décidons donc de poursuivre notre périple mais nous sommes vraiment tristes…
Nous roulons en direction de Veules-les-Roses, petit village normand plein de charme. Cette étape saura nous mettre un peu de baume au coeur. Nous trouverons l’aire de services à côté du camping VVF. Le parking se trouve à l’extérieur du camping et se révèle très pratique. Pour redescendre au village, il suffit de prendre une allée en pente sur la droite qui sert de raccourci et on se retrouve rapidement sur la plage.

Nous partirons au hasard des rues découvrir le patrimoine de ce superbe village.

De magnifiques chaumières et maisons à colombages très fleuries,

le plus petit fleuve de France (1,1 kms); la Veules, qui le traverse,

les cressonnières constituent un ensemble qui le caractérise.

Vous l’aurez compris : gros coup de coeur ! Les falaises d’amont et d’aval structurent la plage et lui donne une dimension grandiose. On peut les admirer du bout d’un ponton.

L’aire de services ne semble pas calme car au bord de la route alors nous lui préférons celle de St Valéry en Caux que nous voulons visiter demain. Nous faisons la route et arrivons sur le port où nous est réservé notre espace camping-cars : une aire géniale au bout du port, au pied des falaises, face à la mer.


(au coucher de soleil)

Quelques vues des environs proches :

La nuit sera bercée par le ressac de la mer et les cris des mouettes. Ambiance océan qui m’aidera à dormir un peu mieux que la nuit précédente…La fête que me faisait mon chien au réveil me manque cruellement…
Petite balade matinale sur le port.

Nous passons devant la maison Henri IV et montons par le sente des douaniers afin d’atteindre le haut de la falaise. Prochaine étape : Honfleur. Nous avions très envie d’y retourner car la première fois que nous y sommes allés, le photographe avait perdu toutes nos photos ! Après avoir traversé le pont de Normandie,


(photos prises à travers le pare-brise)

nous choisissons le camping plutôt que l’immense aire de services (260 emplacements!). A pied, nous sommes à côté du centre ville et c’est avec un grand plaisir que nous renouons avec les charmes de ce petit bourg si joli. Evidemment très très touristique également ! De plus, nous arrivons un dimanche après-midi. Mais rien n’enlève la beauté de ses vieilles maisons, de son bassin et de sa vieille église en bois.

Ce soir, petite crêperie pour finir cette première semaine de nos vacances 2011 particulièrement mouvementées.
Pour la suite de notre circuit imporvisé : Beuvron-en-Auge (plus beaux villages de France), la presqu’île du Cotentin.

12 Commentaires

  1. désolée
    je suis sincèrement désolée de vos déboires mais surtout de la perte de votre petit ami.On s’attache tellement à nos petites bêtes, elles font partie intégrante de la famille !
    superbes photos comme tjs !
    amicalement

  2. Oh comme je suis désolée pour vous, et vraiment peinée. Déjà de n’avoir pu partir en Ecosse à cause de la véto, et ensuite d’avoir perdu votre chien. Nous avons déjà perdu ainsi notre première chienne, alors nous comprenons vraiment et pensons à vous.
    Quant à la région, nous la connaissons un peu car notre deuxième chienne, Urka (un épagneul français) a fait un concours justement à Fauville en Caux pas très loin où vous étiez. J’espère que la suite de vos vacances s’est bien passée.
    Bises à vous.

  3. Courage
    Nous sommes vraiment attristés par la perte de votre fidèle compagnon. Nous sentons bien par vos commentaires l’amour que vous portiez à votre sisko. Nous sommes de tout coeur avec vous dans cette période difficile. Amicalement

  4. Désolée…révoltée…pleine d’admiration
    désolée pour la perte de votre fidèle compagnon de route !
    révoltée par l’incompétence des gens qui gâchent de belles vacances ! admirative des photos que tu arrives à prendre et à nous faire partager !
    Amicalement
    véro

  5. Beau reportage
    Que du bonheur à regarder, malgré les déboires, un très beau reportage (comme d’hab) et des photos à tomber par terre. Des instants difficiles cachés par la beauté du récit.
    J’attends la suite avec impatience.
    Une grosse pensée pour vous après le départ de votre compagnon.
    Bisous à vous tous. Jacqueline

  6. C’est un moment que j’appréhende bien que ce soit malheureusement inévitable.
    On peut essayer de se consoler en se disant qu’ils ont reçu plein d’amour et ont eu la chance de profiter de bien belles balades … Vos photos sont comme toujours merveilleuses, quel est donc votre secret?
    Vous avez parcouru des endroits que l’on connaît bien, ça me fait drôle de les voir à travers vos yeux, et vous m’en faites découvrir d’autres qu’on ira visiter dès que possible.
    L’Ecosse attendra bien encore un peu … et puis l’année prochaine, il y fera un temps magnifique!
    Je vous embrasse.
    Martine

  7. merci
    Merci pour le voyage grâce à ces belles photos et au récit Je comprends votre chagrin pour la perte de Sisko
    bises
    jacline

  8. la grenouille..

    Merci pour ces trés belles photos !!
    Perdre son compagnon est bien triste,je comprends votre chagrin.
    Isabelle

  9. merci
    bonjour Agnès
    merci pour ces belles images de la Baie de Somme, Veules les Roses etc…le chemin que nous avons fait en 2010 au retour de la Belgique
    et désolée pour le fidèle compagnon, tragédie que nous avons vécue 2 fois et que nous n’aurons plus jamais le courage d’affronter…
    amitiés et bravo pour ton blog
    danielle

  10. Bonjour,
    Je découvre votre site, et je pense que je vais m’y promener tranquillement ! Nous sommes aussi allées à Veules les roses entre autres et revoir des photos c’est extra !!!!
    Désolée pour votre cavalier king charles, je sais ce que c’est que de le perdre car avons eu aussi une femelle partie trop tôt…
    Merci pour ces belles photos Pour info je vous laisse mes liens de blog http://cathso-camping-car.blogspot.fr
    http://cathsoblog.blogspot.fr
    http://cathso.blogourt.fr

  11. Je viens de lire votre voyage toujours aussi intéressant et je comprends votre peine car nous avons également été obligé de mettre fin aux souffrances de notre labrador en Provence, depuis plus de chien mais c’est très dur mais il nous faut être raisonnable car nous aurons bientôt 70 ans

    • je partage votre peine. Vous avez surement vu qu’une nouvelle compagne de voyage à intéger notre foyer et notre camping-car. Cela adoucit la peine même si Sisko reste à jamais dans nos coeurs. Je comprends vos réticences car un animal, c’est aussi des contraintes et beaucoup d’années à nos côtés. Il est toujours important d’en accueillir un en toute connaissance de cause.

Faites moi part de vos impressions