Le Périgord

Classé dans : France | 5

Et voila! ça recommence! c’est les vacances!
Après des préparatifs tardifs pour cause de boulot, nous prenons enfin la route de nos vacances qui va nous mener en Périgord, terre du foie gras, des noix, des châteaux, de la préhistoire et de la Dordogne (rien que ça!).


 

Tout un programme…
Le circuit commence à Bort-Les-Orgues, petite ville avec une charmante aire de services au bord de l’eau, au calme et gratuite. On fera un petit tour au magasin d’usine de la maroquinerie mais nous laisserons les orgues pour une prochaine visite. Ce soir, c’est la finale de la coupe du monde de foot. Je n’aime pas ça habituellement,mais chauvinisme oblige, on ira sur la place du village où ils ont installé un écran géant partager la liesse générale en dégustant un kébab délicieux. Ambiance assurée!
Nous nous levons le matin bien reposés mais face à un problème de frigo. C’est la panne! il sent le chaud : la combustion ne se fait plus correctement.
Je ferai ici une petite parenthèse pour dire que si cela vous arrive avec le cc, il suffit de mettre un grand coup de “soufflette” (genre jet d’air comprimé dans les stations services) par les grilles extérieures que vous aurez préalablement démontées pour atteindre le brûleur. Malheureusement, nous n’avons appris cette solution que plus tard de retour à la maison et nous avons donc du faire toutes nos vacances avec un réfrigérateur qui ne marchait plus qu’en 220 V. Résultat, nous qui étions enfin décidés à pratiquer le bivouac libre nous voila obligés de prévoir des étapes régulières en camping pour recharger sur le 220 Volts.
Nous reprenons donc le fil de notre récit pour poursuivre le circuit en direction d’Argentat. Quelques kilomètres nous conduisent d’abord au barrage de l’aigle, site impressionnant avec une vue imprenable.


 

Nous ferons étape à Argentat dans le camping puis irons bénéficier d’une visite guidée proposée par l’OT avec une guide passionnée. Une bien jolie ville!


Puis nous filons sur Beaulieu s/ Dordogne, que nous connaissons déja et apprécions pour son accès à la rivière et sa fraîcheur. Notre emplacement a un accès direct à la rivière, on s’amusera à  construire un barrage comme les castors juniors et Sisko, notre chien, jouera à son jeu préféré, la recherche des petits cailloux dans la rivière. Pause détente! Nous projetons de faire une balade en canoë sur la Dordogne pour le lendemain.
10 H tapantes, nous sommes fin prêts avec nos gilets de sauvetage pour jouer les Pocahontas et autres indiens sur notre canoë. J’ appréhende quelque peu car il y aurait des passages un peu délicats sur des petits barrages de rochers mais apparemment d’après le loueur rien de bien méchant. C’est parti! Oh, la la dès le départ, nous voila face à des petits rapides : nous devons passer sur de grosses pierres et nous voila coincés en équilibre sur l’une d’elles en tête-à-queue. Gag!! Bonjour les débutants! Tant bien que mal, on s’extirpe de ce “piège” . La suite de la balade se fait sur une Dordogne d’huile…jusqu’aux prochains rapides. La balade va alterner les passages et je serai morte de trouille à chaque rapide.(Ne riez pas!). Nous arriverons trempés et bien heureux de retrouver le plancher des vaches. Plus jamais je ne recommencerai…
On finira la journée avec un bataille de pistolets à eau : une franche rigolade!
La Roque-Gageac est notre but mais tout d’abord nous faisons une halte au magnifique village de Collonges-la-Rouge. Cela fait longtemps que j’entends parler de ce village et je me languis de fouler ses pavés. Nous découvrons une petite aire pour les camping-cars juste avant l’entrée du village et nous sommes ravis de voir qu’elle est parfaite, avec des arbres, des cigales, une jolie vue et à deux pas du bourg médiéval par un petit chemin à travers la campagne. Collonges-la-Rouge est un lieu hors du commun et hors du temps. Une merveille!


 

Nous arpenterons ses ruelles avec ravissement, admirerons le travail de ses artisans, et rapporterons quelques souvenirs chez le moutardier local. Nous immortaliserons notre visite sur pellicule (pardon sur carte mémoire!) avant d’aller déjeuner de retour au cc et à notre petit coin. Il commence à faire très chaud et nous craignons une nouvelle canicule.
Nous passerons par Souillac puis arrivée à la Roque-Gageac où nous aurons la chance de trouver une place sur l’aire de services à l’entrée du village le lendemain car la veille nous aurons du nous arreter au camping local pour une nuit de 220 V. La poisse! Par contre, l’aire de La Roque-Gageac est sympa et pas trop chère à 5 € la nuitée. J’ adore ce village, on ne se lasse pas de la vue qu’il offre.


 

La Dordogne coule à ses pieds, ses vieilles pierres écrasées par le soleil et son jardin exotique est dépaysant.


 

Des gabarres reconstituées (embarcations propres à la région) promettent des petites croisières avec un guide. Nous décidons de jouer les touristes avec plaisir car la guide est très sympathique et sait rendre vivante l’histoire qu’elle nous conte.


 

Il fait encore une chaleur infernale et nous recherchons la fraîcheur en décidant de visiter les jardins de Marqueyssac, promesse d’un havre de paix et de rafraichissement.C’est l’un des plus belles réussites de jardin à la française.


 

Le travail des jardiniers est une réussite, nous passerons un moment très agréable. Nous repèrons, depuis le belvédère des jardins, un camping où nous ferons notre pause habituelle de 2 ou 3 jours pour la lessive et autres commodités.
Nous visiterons un atelier de minéraux pas très loin de la Roque-Gageac. Notre fille est passionnée par les minéraux et sera enchantée de cette excursion.


 

Nous partons ensuite sur Beynac-et-Cazenac. Découverte de ce petit village pittoresque et achats de spécialités du Périgord dans une boutique où la fermière elle-même vend ses produits. On en salive d’avance! Nous rédigeons nos petites cartes postales et j’appelle pour réserver la visite de la grotte de Lascaux. En effet, le nombre de visiteurs est limité quotidiennement et il faut réserver un peu à l’avance. Nous finissons notre dernière journée dans le camping où notre fille s’est fait des copines lors de ses interminables parties de piscine. Le matin, nous sommes réveillés par un drôle de bruit qui se répète : pschh!pschh! Circonspects, nous passons la tête hors du cc pour constater que ce sont des montgolfières qui survolent le camping juste au dessus des arbres. Moi qui rêve depuis toujours de voler à bord de leur nacelle, je savoure le spectacle.


 

Après ce bienfaisant repos, nous roulons sur Lascaux car nous avons rendez-vous avec nos ancêtres. Nous savons que c’est une reproduction mais cela doit quand même valoir le détour.Les peintures sont de toute beauté mais je ne peux m’enlever de la tête que ce ne sont que des copies. C’est idiot mais je voulais une vraie rencontre, me dire que le sol sur lequel je marche à été foulé par nos ancêtres, que ces peintures que j’admire sont leurs oeuvres…Nous restons sur notre faim. Nous chercherons une autre grotte à visiter, authentique cette fois. L’après-midi, nous enchainerons avec la Maison Forte de Reignac. C’est l’unique château-falaise de France qui était fermé jusqu’à maintenant et est ouvert au public depuis peu. C’est un endroit unique et nous nous réjouissons de cette découverte.


 

Nous quittons la maison forte pour les Eysies de Tayac, haut-lieu de la préhistoire qui possède une aire de services inattendue.


 

  Le rêve !elle est en forme d’étoile, les emplacements sont dignes d’un camping à deux pas du centre ville pour 3 ou 4 € la nuit (j’ai oublié!). Nous ne pourrons y passer qu’une nuit car il faudra trouver un camping à cause du frigo (grrrr!)
nous ferons un petit tour au marché nocturne et chercherons désespérément un peu de fraîcheur après une nouvelle journée écrasante. heureusement, un orage éclatera. Son ondée bienfaitrice fera baisser de quelques degrés la température ambiante. Ouf!
Au camping, le gérant nous aura indiquer une grotte que nous voulons voir. Elle s’appelle la grotte aux 101 mammouths et a été bien préservée de manière à ce qu’on puisse encore la laisser ouverte au public. Une grotte authentique! Après ces jours de canicule, les 13 °C à l’intérieur sont une bénédiction, je ferais un caprice pour ne plus en sortir…L’exploration est renversante et nous comblera. Elle se fait en partie en petit train afin de préserver les parois de la respiration et du toucher des hommes, source de proliférations bactériologiques. Les peintures sont saisissantes, dire qu’elles sont vieilles de 12000 ans!! Quel souvenir!
Nous ferons également une petite excursion aux grottes du roc de Cazelle. C’est un petit parc de préservation du patrimoine, privé, qui nous plaira beaucoup dans sa simplicité.



Aujourd’hui, le ciel est voilé et on respire un peu plus. Quelle calamité cette canicule! on se ravitaillera à Le Bugue avant de nous installer au camping des trois caupains. Je le cite car il nous laissera un très bon souvenir. Quel accueil! Nous participerons à une visite d’une exploitation de foie gras très instructive.Nous faisons connaissance avec les autres campeurs présents et c’est fort sympathique. Des amis passant leurs vacances dans la région nous rejoindrons pour de joyeuses retrouvailles.
Le lendemain, nous passons la journée en 1900. Non, nous n’avons pas trouvé une machine à remonter le temps mais le village du Bournat. C’est un parc à thèmes nous replongeant dans cette glorieuse époque. Ce sera très distrayant et on engrangera plein de nouveaux souvenirs dont un portrait de notre famille façon 1900 des plus saissisant. Nous verrons renaitre de vieux métiers, de vieux manèges et nous partagerons avec les artisans présents de précieux échanges.

C’est jour de grand marché à Le bugue et nous flanerons avec délectation entre tous ces étals riches des produits régionaux. Miam!
Nous laissons filer les derniers jours de nos vacances en suivant le chemin du retour. Le temps tourne au gris, on respire de nouveau mais le moral n’y est plus. Il faut rentrer. On jettera un oeil  à Gimel-les Cascades, histoire de ne pas rentrer trop vite .


Nous garderons des impressions, des saveurs et des couleurs inoubliables de cette belle région. Mais nous savons qu’il reste encore bien des choses à découvrir et qu’elle les garde précieusement jusqu’à notre prochain voyage.

 

5 Commentaires

  1. Véro (copinette)

    trop génial !
    que tu aies mis un commentaire sur mon blog, car je découvre le tien et notamment cet article sur le périgord que nous connaissaons mais n’avons pas encore fait en c-c, nous comptons y aller cet été! aussi je vais noter tes adresses d’aires !!!Que de points communs !!! en te lisant !

  2. Merci de ta visite et surtout merci de ton gentil compliment !

  3. l’aire des Eyzies est superbe , par contre nousn’avosn pas apprécié nous l’aire de la Roque gageac.. payante les suns sur les autres chacun déballant “son linge” sans souci du voisin .. beurk !les Gabares bateaus plats servaient à remonterla Dordogne pour apporter je ne sais plus qui c’est une belle balade aussi à faire La Dordogne le Perigord à environ 1100 chateaux connus et inconnus Hautefort plus haut est trés beau aussi..perigueux sa vieille ville parking gratuit au bord de L isle vidange possible (attention beaucoup de monde) je fais du cc et suis originaire de cette région que je découvre encore ..passer aussi à Terrasson “le vieux TERRASSON le s jardins de l’imaginaire mérite un détour.. par contre pour les cc bof rien de prévu il faut trouver sur la place prés de la vézére calme??? a++

  4. Oh, je viens de revoir ton article sur le Périgord. Cela m’a rappelé nos merveilleuses vacances de Juin dernier ! Magnifiques tes photos et tes textes, bravo !

  5. fou du vent

    idee de circuit

Faites moi part de vos impressions