Le Jura : Un petit air de Canada…

Classé dans : France | 9

oh que l’envie de sortir le camping car se faisait forte ces derniers temps ! Nous ne l’avions pas sorti l’été dernier pour cause de voyage sous d’autres latitudes et cela nous manquait…

Nous poursuivons donc notre exploration du Jura avec au programme les cascades de la Langouette fortement alimentées en eau avec la fonte des neiges, la source du Doubs mystérieuse et bouillonnante pour notre première journée. Nous faisons la route sous ce soleil printanier tant attendu, oh qu’il fait beau et que l’air sent bon ! Après avoir passé les mois d’hiver enfermés, cette première bouffée d’air frais est vraiment bienvenue. C’est comme une renaissance, un retour aux sources et nous trouverons même lors de notre balade le chemin du paradis…

Arrivés au village Des Planches en montagne, on trouve à se garer sur le petit parking au bord des gorges et d’où l’on peut suivre un petit parcours aménagé. La vue du pont enjambant les gorges est saisissante !

Quel admirable travail de fourmi que l’eau a ici effectué mois après mois, année après année pour laisser une cicatrice aussi impressionnante dans la terre ! La Saine, poursuivant sa route à travers les gorges, continue de se frayer un chemin avec force et puissance. Le soleil joue dans les gouttes et provoque des arc-en-ciels que nous saisissons du coin de l’objectif de l’appareil photo que nous n’avons pas manqué de glisser à notre épaule avant de partir sur le petit sentier aménagé.

Nous prenons le temps d’une pause, d’une respiration pour savourer le moment. L’après-midi n’est pas encore très avancé et nous filons profiter encore un peu de la journée en remontant la source du Doubs, près du village de Mouthe, célèbre pour ces records de basse température. Le parking de la toute petite station de ski juste à côté fera l’affaire. Là encore l’eau domine l’espace, creusant son chemin, cavalant sur les rochers, frôlant les racines des sapins, invitant à se poser sur sa rive.

Le Doubs jaillit d’une cavité au pied du mont Risoux. La provenance des eaux avant la source reste un mystère que son fort débit empêche les spéléologues de résoudre. En effet, il ne leur est pas possible de remonter la source dans la montagne étant trop ballotés par les eaux. Mais ce cours d’eau, nommé ainsi par Jules César pour son comportement indécis, file dans la vallée pour dessiner sur la carte son tracé que nos cours d’histoire-géo nous ont appris à connaitre.

Il est maintenant temps de nous diriger vers notre spot pour la nuit. Les paysages enneigés, les rivières chatoyantes ici et là, ces coteaux recouverts de sapins, ces lacs parsemés au hasard, ces grands espaces lui donnent un petit air de Canada qui nous transporte un instant sous d’autres cieux.

Comme nous avons prévu de visiter demain le Parc Polaire qui se trouve à Chaux-Neuve, nous allons demander l’autorisation de rester pour la nuit. Nous découvrons sur place un environnement sauvage et en même temps dompté, composé de sapins et de neige, de rochers et de sentiers de raquettes s’enfonçant dans la forêt pour une échappée blanche.

Nous obtenons l’accord des propriétaires avec même beaucoup de gentillesse et un petit “profitez bien du site !” que nous n’avons pas toujours lors de nos étapes. Soirée douce au chaud dans notre camping-car.

La nuit fut d’un silence étonnant seulement troublé par les appels de la meute de chiens d’Alaska présents dans le parc, et de quelques aboiements de chevreuil. Nous avons choisi de visiter ce tout petit parc car il a été crée par des amoureux de la faune du froid, impliqués dans la sauvegarde des espèces et qui partagent leur passion en nous permettant de rentrer dans les enclos au plus près des bêtes.

Le parc s’étend sur 12 hectares donc inutile de vous dire que les animaux disposent de tout l’espace qu’il leur faut puisque le soir les enclos sont ouverts pour leur permettre de s’ébattre sur tout le domaine. La visite s’effectue avec un guide qui partage sa passion avec nous. Tout d’abord on rentre dans l’espace des chiens du Groenland. Ils ont été pendant une vingtaine d’années les chiens de traineaux qui permettaient à leurs maitres de proposer des raids de plusieurs jours à des passionnés. Il faut savoir qu’un chien du groenland fait plus de 50 kg (deux huskies !) et qu’il peut tracter le double de son poids : robustes et résistants ! Il ne reste de la meute de 50 bêtes à l’origine qu’une poignée, ayant abandonné leur activité. A terme, d’ailleurs lorsque tous les chiens auront bien profité de leur retraite il n’y en aura plus sur le site. Après les consignes d’usage afin de respecter la tranquilité des bêtes, nous pouvons nous approcher et plonger nos doigts dans la fourrure épaisse de ceux qui sont volontaires et il y en a qui se roulent sur le dos pour encore plus de câlins ! Joli moment !

Puis nous poursuivons pour rentrer cette fois au milieu d’un troupeau de rennes. Le lichen que nous avons pris à l’accueil viendra les régaler et nous permettra un moment d’échange et de câlins là aussi. ils sont habitués à l’homme et participent volontiers.

Le safari pédestre nous amène cette fois sur l’enclos des bisons d’Europe. Par contre, nous ne pouvons pas pénétrer dans ce dernier: il ne faut pas oublier que ce sont des animaux sauvages à la stature impressionnante et aux réactions imprévisibles, c’est donc pour notre sécurité que nous les admirons du haut de la petite colline qui les surplombent. Ce sont des mammifères de nos contrées qui ont failli disparaitre car ils ne furent plus que 27 à une époque jusqu’à ce qu’on les protège. Programme de protection auquel le parc polaire participe. 


C’est maintenant les autres animaux du parc qui nous accueillent dans leur enclos : moufflons de Corse, cerfs et biches, yaks, chevaux polskis , daims. Ils sont là juste en dessous de nous en liberté. Cependant ils ne nous approcheront pas car il est évident qu’ils ne sont pas domestiqués. Mais nous pourrons les admirer à loisir dans leur principale activité : manger !! Les yaks m’auront impressionnée car c’était la première fois que j’en voyais : ce sont des bêtes massives et impressionnantes mais également placides et tranquilles. 

Nous terminerons la visite par l’enclos des chamois dans lequel nous ne penétrerons pas mais que nous pourrons également admirer. Quel joli pelage ! et leur tête est si fine et élégante !

Bref vous l’aurez compris je suis sensible aux animaux et je les aime particulièrement. J’apprécie d’autant plus ce genre de parc qui fonctionne dans le respect et la sauvegarde de cette richesse que nous ne possédons pas mais que nous avons le devoir de préserver.

Petite pause déjeuner et détente. Nous irons terminé l’après-midi en retournant aux cascades de Langouette que nous avons beaucoup aimé pour explorer un peu plus l’endroit, en ayant fait une petite halte à Foncine le bas jeter un oeil au moulin en cours de restauration dans le village. 

des pêcheurs à l’oeuvre !

Décidément le Jura nous enchante (normal c’est chez moi !) et sa découverte (ou re-découverte car je marche sur les pas de mon enfance) nous ravit et augure bien d’autres escapades sur ses routes.

Share on FacebookShare on Google+Pin on PinterestTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

9 Commentaires

  1. comme d’habitude superbes photos et des très intéressants commentaires
    Je me régale.
    Louis.

  2. Beaux souvenirs
    Très belle écriture merci pour ce moment fort agréable

  3. Un chouette programme, de magnifiques photos et des textes éblouissants, le cru 2017 s’annonce toujours aussi magique !
    Et je note pour une prochaine visite bien sûr !
    Bises, Martine

    • Agnesandco

      Merci a toi de rester ma fidèle lectrice pour ce cru 2017 ! je suis ravie de te retrouver !

  4. Linda- Jacques DOMINGO

    c’est vrai!le JURA est magnifique en toute saison!c’est toujours un plaisir d’y retourner…

    Un reportage digne de certaines émissions télévisées.Merci encore…J.L.D.

  5. Et oui ! Le Jura est enchanteur et en toute saison ! Et en plus, on y mange très bien 😉

  6. marc et stella

    Merci de vos publications,
    Pour le jura, nous en connaissons du cote d’ARBOIS, les cascades des TUFS et du HERISSON… a voir !!
    Nos ballades en CC ont débutées en 2011, et sommes ravis de ce mode de vie pour quelques moments de vacances…

Faites moi part de vos impressions