La halle des machines à Toulouse

Classé dans : France | 3

Notre fille étant installée à Toulouse depuis 2 ans maintenant, nous descendons régulièrement lui rendre visite. Fidèles à notre soif de découverte et l’ayant transmise à notre fille, nous essayons lors de nos week-ends de visite de découvrir de nouveaux lieux.

Cette fois nous avons pénétré dans l’univers quelque peu “steampunk” de la halle des machines. Nous avons tout d’abord admirer le minotaure, engin de fer, de bois, de mécanique et de vapeur. Il est possible de monter dessus et d’effectuer une petite balade sur l’esplanade devant le hangar qui abrite l’exposition de la halle des machines.

Une fois l’entrée acquittée, nous explorons cet univers si particulier. Des acteurs se produisent tout d’abord à l’arrivée du minotaure qui essaie de pénétrer dans l’enceinte de la halle.

Puis nous assisterons à un essai un peu loufoque de musique avec toutes sortes d’objets et instruments de bric et de broc. Déroutant !

Nous admirons les maquettes des différents autres modèles d’animaux mécaniques.

Je frissonnerai devant l’araignée géante qui s’était déplacer dans le coeur de Toulouse accompagnée du minotaure lors d’une manifestation.

Il y a également de multiples photos et documents qui expliquent la génèse et la démonstration du dragon de Calais, une autre des machines de ces créateurs.

Nous avions vu également il y a quelques années l’éléphant de Nantes.

A quand notre “bête” à Lyon ?

Notre fille nous fera découvrir les quais cette fois de l’autre côté du pont déja admiré lors d’un précédent séjour (ici).

Une grande roue trône sur le quai alors qu’une guinguette installée à ses pieds nous promet des rafraîchissements bien appréciés.

Le soleil commence à se coucher donnant tout son charme à la ville rose.

Aujourd’hui est un jour un peu spécial : nous accompagnons mon mari à son baptème en parachute. Ma fille lui a réalisé ce rêve pour ses 60 ans et a choisi un prestataire basé sur Albi. Nous serons enchantés par l’accueil, l’organisation hors pair, le professionnalisme et la gentillesse de ce club. Si ça vous tente, c’est le club Albi parachutisme.

Après ce moment riche en émotions, comme il n’est pas tard, nous pousserons revoir le magnifique village de Cordes-sur-ciel (un de mes préférés!) pour une petite balade de fin de journée.

Toujours aussi émerveillés, nous aurons partagé ce coup de coeur avec notre fille.

Comme toutes les bonnes choses ont une fin, il sera temps le lendemain de reprendre la route du retour.

3 Responses

  1. Brigitte

    Merci Agnès
    pour ce beau reportage de Toulouse , de la halle des machines ( très belles réalisations…) et du saut en parachute de ton mari .
    Merci pour le partage et de nous emmener avec vous lors de vos virées
    A bientôt
    Brigitte

  2. Martine

    Quelle visite insolite cette salle des machines !
    Toulouse, sans nul doute une ville magnifique que je n’ai jamais arpentée. Pas facile en camping-car. Mes voisins l’ont visitée cet été mais en séjournant dans un camping à la grande périphérie et en empruntant les transports en commun.
    Cordes sur Ciel, un village classé depuis longtemps sur mes tablettes … promis, lorsque nous serons dans les parages.
    Ces chouettes visites me replongent dans les années où fiston est parti vivre sur la côte d’Azur.
    Depuis que nous avons déménagé, c’est plutôt lui qui vient se mettre au vert dans nos montagnes …
    N’hésite pas à nous partager ces chouettes balades, c’est toujours un plaisir de te lire !
    Bises, Martine

  3. Jacques DOMINGO

    Ouais…c’est vrai que toute la région est magnifique…mais cette halle des machines…”dingue”

    je n’ai jamais pensé m’arrêter…pour une prochaine fois…Amitiés…Jacky

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *