la chaine des Puys

Classé dans : France | 1

C’est avec un temps plus qu’incertain que nous nous dirigeons sur la chaine des puys. Nous ne pourrons pas tout voir mais nous ferons une petite incursion avec un parcours prédéfini. Nous commencerons par le volcan de Lemptegy que nous avons préféré à vulcania car nous avions eu quelques avis négatifs sur ce dernier. Nous prenons l’autoroute à l’aller pour ne pas trop empièter sur notre week-end,  nous ferons le retour par la route. Mais à chaque fois “on tord le nez” lorsque l’on passe au péage, grrr!

Nous arrivons au volcan et trouvons à nous garer sans problème sur le parking mais à savoir : on ne peut pas y passer la nuit cela nous est bien indiqué avec des panneaux . La visite peut se faire de plusieurs façons : à pied, guidée ou pas, en petit train. Nous choisissons de descendre dans le volcan à pied avec un guide.
Sur la première partie du sentier, on se gavera de fraises des bois qui poussent à profusion tout le long du dit sentier. On verra paître des moutons plein de laine en contrebas.


 

Le guide semble tout droit sorti d’une émission télé racoleuse et cela nous fait bien rire!
La visite nous plaira beaucoup et nous engrangerons plein d’infos sur les volcans.



Voici quelques exemples des différentes sortes de bombes volcaniques : bombe en fuseau, bombe en chou-fleur et bombe en bouse de vache.



et l’incroyable force de la nature qui fait pousser d’aussi jolies fleurs sur de la lave !


 

Nous aurons même la surprise de croiser un de nos colistiers du forum auquel je participe, quel hasard!

Puis nous nous dirigeons en fin d’après-midi chez le viticulteur du coin que nous avions repéré avec france-passion pour passer une soirée et une nuit bien calme et tranquille. Nous poursuivons le lendemain par une halte dans le village de Sayat où l’on peut visiter un moulin à farine (comme je fais mon pain, cela m’intéresse) très bien restauré et qui fonctionne encore.


 


 

J’achèterais de la bonne farine de meule, nous salivons d’avance sur les bons pains qui viendront embaumer notre maison dans les prochains jours. Nous stationnons sur un parking, au coeur du village face à la mairie tout à fait tranquille (on se dit que pour dormir ça doit être pas mal…mais on ne croyait pas si bien dire, vous verrez plus loin!). Nous allons ensuite sur notre prochaine étape : volvic.

Nous trouvons le nouveau camping tout neuf avec une aire de services extérieure et un parking. nous demandons si nous pouvons passer la nuit sur ce parking et la gentille dame qui m’a reçu m’informe que nous pouvons rester car il est prévu une nuit gratuite pour les cc de passage. Le top! nous nous installons donc après avoir vidangé et nous déjeunons. L’après-midi nous allons à la pêche aux renseignements au désormais célèbre office du tourisme. ..Pour trouver porte close! Sachez-le,  il est fermé le dimanche après-midi, re grrr! Nous voulions faire une petite randonnée-balade dans les environs mais j’ai malencontreusement oublié mes chaussures. Tout concoure à nous faire rester dans le camping-car devant une partie d’un jeu quelconque mais nous ne renonçons pas et malgré les quelques gouttes de pluie qui se sont invitées sans être conviées nous persèvérons et montons jusqu’au site des eaux de volvic.


La visite est assez gnangnan mais on peut déguster et les chiens sont admis partout c’est à noter. Il y a une petite balade découverte à faire juste derrière le site mais il pleut alors après avoir fait le plein de quelques bouteilles nous regagnons nos pénates.

Nous finissons l’après-midi au chaud en attendant le feu d’artifice tiré le soir même pour la fête nationale. Il est tard lorsqu’il se décide enfin mais il en vaut la peine. Par contre, entre temps notre parking est envahi par une foule de voiture et de personnes car nous avons la chance d’être juste en face et nous le regarderons le nez collé au pare-brise mais bien au chaud. Royal! Nous nous couchons enfin pour, la tête à peine poser sur l’oreiller, entendre les premiers flons-flons du fameux bal-musette du 14 juillet juste en face du camping. Horreur! Entre les voitures qui rentrent chez elles et le bal qui tambourine, je crise ! Eh bien, vous le croirez ou pas, nous avons pris la route en pyjama (ne riez pas!) pour fuir ce bruit. Et devinez où nous sommes allés… Et oui dans le village de Sayat sur le petit parking du centre du village. En passant, nous admirerons le moulin tout illuminé mais nous sommes trop fatigués pour le prendre en photo. Nous passerons une nuit des plus calmes, rythmée par les cloches de l’église au pied de laquelle nous sommes mais je préfère de loin ce son qui ne me gêne pas pour dormir. Nous nous reveillerons au son des chants d’oiseaux avant d’aller chercher le pain tout chaud du petit déjeuner directement au moulin. comme quoi, il ne faut pas hésiter lorsqu’on ne sent pas l’endroit où l’on s’arrête, même tardivement! Nous redescendons sur Clermont-Ferrand pour retrouver la route du puy de Dôme


car nous avons décidé d’y monter. Alors il faut savoir qu’en juillet/aout, on ne peut monter jusqu’en haut en voiture (ou camping-car) car au vu de la forte affluence, le parking en haut ne suffirait pas et ils veulent préserver le plus possible la nature du site. Nous nous arrêtons donc au parking en bas.  Il existe plusieurs possibilités : soit monter à pied (que je regrette d’avoir oublié mes chaussures!!), aller-retour avec la navette, ou juste le retour ou l’aller avec le reste à pied. Nous choisissons la navette : il nous en coutera 9,40 € pour deux adultes et un enfant. Nous comprenons la nécessité de ce système mais c’est quand même un peu cher. Arrivés au sommet, quel panorama sur toute la chaine des puys! Le temps n’est toujours pas au grand beau mais quand le soleil fait son apparition, c’est grandiose!


 

Nous admirons le temple romain érigé par ces derniers en hommage à cette “montagne” la plus élevée des environs mais pour ne pas la détériorer ils transporteront les blocs qui ont servis à son édification depuis le puy voisin.


Nous flanerons sur le site et achèterons un morceau de saint nectaire fermier auprès d’un exploitant présent sur place pour vendre les produits de sa ferme. On se régalera de ce délicieux fromage! Puis nous redescendrons pour déjeuner avant de reprendre (snif!) la route (snif!) pour rentrer à la maison (snif!). Nous profiterons de ce retour pour admirer les paysages sous le soleil enfin présent et pour faire une petite pause-café-thé à l’aire de services de Noirétable située au bord d’un plan d’eau et très agréablement aménagée. Nous n’aurons pas croisé le fameux “chateau surprise” dont j’ai commencé la série récemment mais je vous ferai admirer celui de Tournoël
sur les pentes de Volvic .


 

Nous projetons au vu de tous les trésors que cachent encore cette région de revenir une autre fois pour un nouveau circuit.

One Commentaire

  1. Véro (copinette)

    coucou
    impossible de répondre à tes mails (j’apprécie tes visites sur mon blogs) mais à chaque fois que je veux te répondre, le mail m’est renvoyé !!! As-tu une explication ? ou renvoie moi un mail perso pour que je puisse te répondre directement !
    je m’en vais découvrir ton article !

Faites moi part de vos impressions