la Belgique et un aperçu du Nord de la France

Classé dans : Europe | 19

Les amis : “tu vas où, toi, cet été ?”

Moi :  “en Belgique !”

Les amis : “En Belgique ?! Mais qu’est-ce que tu vas faire là-bas ?!”

Il est de ces destinations qui n’attirent pas les touristes et pourtant elles ont tant de charmes qu’il nous appartient de découvrir ! Pour nous la Belgique et le Nord de la France en font partie. Nous rentrons donc nos premières coordonnées dans le GPS : le circuit de SPA-Francorchamps pour mon homme. C’est drôle de constater que nos deux dernières vacances ont débuté par une visite d’un circuit automobile ! Bon il faut dire que j’ai un mari fan de sports automobile. Ceci explique cela.
Cap au Nord donc avec une halte juste avant la frontière du Luxembourg dans un camping charmant au bord de la Moselle qui saura gommer les fatigues de la route.

 

 

Après une nuit reposante, nous guidons notre fidèle compagnon de route sur celles du Luxembourg que nous traversons en admirant les jolies maisons si bien décorées et aménagées devant lesquelles nous passons avant de s’engager sur l’autoroute et d’avaler les kilomètres jusqu’au circuit. bien sûr nous ne manquerons pas de faire le plein : à 1,09€/l ça vaut le coup ! Les paysages sont sensiblement les mêmes qu’en France par contre les panneaux en néerlandais nous rappellent que nous avons passé la frontière même si nous sommes dans un pays francophone ! Arrivés à destination, nous allons nous garer sur le parking du “meeting point”. Ma première surprise sera la situation de ce circuit : en plein milieu d’une superbe forêt et ce n’est qu’en arrivant que ce dernier se dévoile bien caché dans son écrin de verdure et à peine descendus du cc, les “vroums” d’une course nous indiquent que nous sommes, sans conteste, sur un circuit automobile. Christian se rue (et c’est bien le mot) à l’entrée pour aller tenter d’apercevoir les bolides .Et il fait plus que tenter car l’accès est libre et il peut aller au bord de la piste pour les voir passer à vive allure.

 

 

Je constate pour ma part que c’est une toute autre ambiance que ce que l’on voit à la télé. C’est plus vivant, plus impressionnant ! Puis vient l’heure de la visite guidée que nous avions réservée sur internet. Nous sommes accueillis par un guide francophone qui constituera un groupe parlant français ce qui simplifiera la visite. Nous enchainerons les différents spots qui animent un circuit : les stands, la pit lane, la salle de presse, la salle de contrôle…L’accès à la pit lane étant pour moi le plus impressionnant car nous sommes au coeur de l’action, les voitures arrivent au stand dans un vrombissement, les mécanos s’agitent autour d’elle, les pilotes enfilent leurs casques , les odeurs de carburant, de gomme de pneus assaillent nos narines et nos sens. On se prend au jeu !

 

 

nous finissons sur la terrasse du restaurant qui surplombe le circuit avec une vue spectaculaire.

 

 

Lors de la visite, notre guide nous a informé du fait que l’on pouvait faire le tour du circuit à pied ou à vélo au bord de la piste. Comme il n’est pas trop tard nous descendons les vélos du porte-vélos et les enfourchons pour un tour mémorable pour mon homme, au plus près de la piste et de ses engins de métal et de gomme. Le tour fait environ 7 kms et nous le faisons facilement.

 

 

De retour au cc, il est temps de prendre la route pour se trouver un endroit pour dormir car l’aire de services sur place coûte 15€. Nous préférons nous rendre à celle de Malmédy certes un peu moins fun mais à seulement 5€. Pour une nuit cela fera parfaitement l’affaire ! La route est un peu passante mais la nuit est calme.

Après quelques courses au supermarché local (Carrefour est aussi implanté en Belgique!) nous poursuivons notre périple avec une petite incursion dans le parc naturel des Hautes Fagnes .Christian nous déniche un parking de départ de randonnées où l’on peut rester dormir.

 

 

Une immersion nature bienvenue ! Le site est superbe et la petite randonnée vivifiante et ressourçante.

 

 

La nuit fut très calme vous vous en doutez!

Aujourd’hui nous avons un peu de route pour rejoindre le prochain spot. Nous allons visiter un musée de plein air qui regroupe des habitations de la Flandre dans le passé. Cela se situe au domaine de Bokrijk à côté d’Hasselt. Ce domaine est immense et propose différentes activités pour les familles désireuses de s’évader dans la nature. Aires de jeux pour les enfants, zones de pique-nique, pistes cyclables, musée de plein air… Nous passerons une bonne partie de la journée dans l’écomusée que nous apprécierons, et où nous constaterons que la plupart des constructions sont en petites briques rouges et que l’ambiance nous fait penser aux Quakers. Il y a différents zones où des artistes en costume créent un peu d’animation. Nous gouterons du beurre aux fleurs chez l’herboriste (délicieux!), une bière goûteuse chez le brasseur, assisterons à une classe dans l’ancienne école ou au prêche du curé dans la petite église. Nous saluerons les moulins majestueux qui trônent au milieu du parc.

 

 

Puis nous grimperons sur les vélos pour le clou du spectacle : la cycling through water ! Une piste cyclable qui traverse l’eau, tel Moïse traversant la mer rouge ! lol ! L’effet est saisissant et nous saluons les quelques canards présents nez contre nez. Très amusant !

 

 

 

La météo n’était pas folichonne mais nous avons forcé notre chance et finalement avons passé une excellent journée. il est temps d’une petite pause au camping comme nous aimons le faire régulièrement. Nous nous installons à celui de Zonhoven dans la nature. Et j’en profite pour rédiger mon carnet de voyages en écoutant de l’indie folk sur mon portable : voila pour l’ambiance !
Prochaines étapes sur mon road book : l’abbaye de Villers la ville et l’église transparente de Borgloon. Joli programme, non ?! Nous avons déja goûté des gaufres de Liège, du sirop de Liège dans une recette de roti de porc à la cocotte que je vous mets ici, des fricadelles mais pas encore de frites !

Que ça fait du bien de se reposer ! Nous sommes fin prêts à reprendre la route et nous filons sur Borgloon voir l’église transparente, géante de métal, en totale immersion dans la nature puisqu’elle la laisse entrer dans ses interstices et que l’on peut admirer le paysage tout en étant  à l’intérieur. Quelle oeuvre originale !

 

 

on peut stationner sur un parking au bord de la route (GPS : N 50°47’55.01″  E 5°21’03.32″) et se rendre à pied en suivant un petit sentier fléché. Nous reprenons le volant pour cette fois quelques kilomètres supplémentaires afin d’arriver à l’abbaye de Villers la ville. Ses ruines majestueuses emplissent encore les lieux habités par les moines cisterciens depuis le XIIe siècle. Nous avons moins ressenti d’émotions que lors de nos visites des abbayes écossaises car les lieux servent également à différentes expos et spectacles et de ce fait, le moderne cotoie trop l’ancien pour nous plonger dans l’histoire. Cependant la visite est plaisante et nous ne boudons pas notre plaisir.

 

 

 

Après avoir assisté à quelques voltiges équestres proposées aux visiteurs, nous nous dirigeons vers notre cc et rentrons les coordonnées de notre dodo de ce soir : le parking du centre sportif en pleine nature, proche des ruines, sera parfait.

 

 

Il ne faut pas hésiter à parcourir quelques kilomètres supplémentaires comme nous le constaterons en Belgique à plusieurs reprises, pour se dénicher un spot agréable,car les aires de camping-car ne sont pas aussi nombreuses et confortables que celles de France.  Nuit parfaite, ce petit spot était un bon choix !

Aujourd’hui nous rentrons les coordonnées de la capitale de ce petit pays : Bruxelles. Nous pensons rester sur place deux jours car il y a beaucoup à voir. Nous préparons notre visite en repérant sur le plan les différents sites intéressants et nous voila partis. Nous aurons au préalable effectuer les démarches nécessaires afin de pouvoir rentrer dans Bruxelles. En effet, la ville est une zone LEZ ( zone à faible émissions de gaz) et oblige tout véhicule étranger à s’inscrire sur le site adéquat sous peine d’amende. Pas de panique ! C’est très simple ! Il suffit de télécharger le formulaire sur le site suivant (https://www.lez.brussels/fr ), de le remplir à l’aide de la carte grise, d’y joindre une photo de cette dernière et le tour est joué ! C’est gratuit, on reçoit une réponse dans l’heure qui suit par mail et l’on peut le faire depuis son smartphone. De cette manière, nous pourrons rentrer dans Bruxelles, aller nous garer gratuitement dans le parc du cinquantenaire (plan que beaucoup connaissent), et explorer la ville à pied en toute quiétude.

 

 

nous avons beaucoup apprécié cette ville entre passé et modernité. Les transports en commun sont très faciles à utiliser, très bien indiqués. nous avons surtout utilisé le métro que nous avons trouvé propre, sûr et pratique. Nous avions pris un ticket journée à 7,50 €. Les habitants (et les belges en général) sont d’une extrême gentillesse, toujours prêts à vous renseigner et vous aider avec le sourire. Une fois dans le centre historique, nous nous sommes rendus sur la grand-place et là, nous avons fait plusieurs fois le tour sur nous-même afin d’admirer une des plus belles places du monde et elle mérite son statut ! Wahou quelle splendeur ! Du gothique, de l’or, des sculptures à foison ! En arrivant devant la maison du cygne, nous avons vu les touristes présents passé tous devant une statue et la caresser mais nous n’avons pas compris pourquoi. Si quelqu’un sait, n’hésitez pas à me l’expliquer dans les commentaires. Nous sommes rentrés dans la cour du magnifique stadthuis (hotel de ville), avons longé les façades en découvrant les petits détails, levé le nez en l’air bien haut et reconnu ces toits en escaliers si particuliers du Nord.

 

 

Puis on a déambulé dans les ruelles adjacentes, fait un peu de lèche-vitrine, goûté aux succulentes pralines (chocolats belges) de la maison Neuhaus et aux spéculoos de la maison Dandoy, nous avons bien évidemment salué le petit bonhomme (Manneken pis), avons traversé les galeries royales Saint-Hubert (passage commerçant de toute beauté), suivi quelques temps le trajet des murs peints de la B.D, débusqué un vieux passage tout mignon, trouvé le fameux bar du Guinness des records qui propose plus de 2004 bières à sa carte (Délirium café), dis bonjour à Jacques Brel, photographié la plus petite maison de Bruxelles, et terminé la journée par la visite de la brasserie Cantillon, unique brasserie au monde à continuer à brasser la bière au lambic pour une bière fermentée aux levures contenues dans l’air comme la brassait nous ancètres il y a plus de six mille ans ! Tous ça en une première journée ! 12 kms à pied ! Mais on a vraiment aimé ça!

 

 

le lambic

 

Deee reeetouur auuu ccccc, désolée mais on ne marche pas vite, on est crevés! lol !! Blague à part, on est  allés dormir dans le parc de l’arboretum, un peu en dehors de la ville mais pas trop loin pour revenir le lendemain. Nuit parfaitement calme.

De nouveau, parc du cinquantenaire. Mais on se dit qu’on a eu de la chance car dès le lendemain, il allait y avoir une manifestation et le stationnement ne serait plus permis à partir de demain. Ouf ! cette fois nous nous rendons à l’un des symboles de Bruxelles : l’Atomium, vestige de l’expo universelle de 1958. Nous empruntons de nouveau tram et tramway mais cette fois le trajet est un peu plus long (quasi une heure) mais pas de souci de stationnement en arrivant. Le billet d’entrée est un peu cher 15€ mais comprend également l’entrée au musée du design juste à côté. nous passons de boule en boule, en nous documentant grâce aux différentes expos, assistons à quelques démonstrations électroniques et montons par l’ascenseur admirer la vue depuis le sommet.

 

 

Il existe un restaurant tout en haut où l’on peut déjeuner. nous terminerons par la visite du musée du design, petite rétrospective des objets un peu fous parfois qui ont beaucoup constribué à rendre unique le styles des années 70.

 

 

Retour au centre-ville pour cette fois investir le quartier de l’Europe. nous irons d’abord enfin déguster les meilleurs frites de Bruxelles à la maison Antoine.

 

 

On peut acheter son cornet et autres spécialités et s’asseoir à la terrasse du café “l’Espérance” juste en face où nous avons été particulièrement bien reçus ( ils autorisent de manger aux tables grâce à un partenariat avec la maison Antoine, pas bête !) pour déguster une bière locale. Le thé à la menthe fraiche est aussi un délice ! Puis halte au parlement européen qui se visite mais nous sommes arrivés un tout petit peu trop tard. ils ferment tôt ces parlementaires ! Le quartier est hérissé de buildings et de drapeaux : je suis contente de voir ces hauts lieux de l’Europe, tous ces drapeaux flottants dans la brise comme un gage de paix présente et future.

 

 

Nous prendrons le temps d’admirer le morceau du mur de Berlin érigé juste à côté, symbole justement de cette paix si fragile.

 

 

Ceci clôt notre visite de Bruxelles. nous voulons nous poser un peu avant de continuer notre circuit et choisissons d’aller faire une petite incursion en Hollande pour goûter aux joies d’un petit camping à la ferme.

 

 

Accueil charmant comme à la maison !! Petite balade à vélo pour aller acheter des fraises à la ferme voisine grâce aux automats que l’on trouve un peu partout. Les produits de la ferme sont proposés sur place en permanence dans ce type d’automats réfrigérés. Il suffit de glisser la somme demandée et de se servir. Les fraises au bon gout du jardin seront délicieuses !

Comme le camping-car le permet et c’est ce qui fait tout son charme nous remanions régulièrement notre circuit en fonction de nos envies, de la météo, et du calendrier. en l’occurence, nous ajoutons Anvers à notre voyage. J’avais hésité à le mettre en fonction du temps dont nous disposions. Après avoir étudié le guide du Routard, nous sommes bien tentés par une halte dans la ville du diamant. Comme elle est aussi en LEZ nous optons cette fois pour une aire juste à la limite de la ville et nous déplaçons à vélos. L’aire est bruyante pour dormir mais pratique pour stationner. Malheureusement ils ne font pas la différence et nous paierons 15€ pour la journée. Mais c’est gage de tranquillité pour laisser le cc car il y a un gardien. Nous enfourchons nos vélos et nous lançons en direction du centre-ville. on se fait arrêter par la police à vélo car nous ne roulions pas du bon côté de la piste cyclable. il faut dire que nous n’avons pas l’habitude en France d’avoir deux pistes cyclables de chaque côté de la route! Mais elles sont sympathiques et nous informent juste. ouf! pas d’amende ! Il faut compter une petite demi-heure pour arriver à la grande place. nous laissons les vélos proches de l’office du tourisme où nous récupérons un plan de la ville. j’aurai un coup de coeur pour cette petite ville mais je ne sais pas vous dire pourquoi. Elle respire une certaine douceur de vivre, une ambiance agréable à taille humaine…Nous irons un peu au hasard des ruelles découvrir ses trésors. Petit passage du 16e siècle, place Conscience au charme romantique avec l’entrée de la magnifique bibliothèque et son église dont l’intérieur est superbe ( je n’avais jamais vu ce type de stalles), les statues de la Vierge qui veillent sur les passants à de multiples coins de rue, une cour intérieure splendide au creux des immeubles que l’on ne trouve qu’en poussant une porte comme les traboules à Lyon.

 

 

Nous déjeunerons sur le pouce dans une petite échoppe où nous nous régalerons de produits de la mer (chez Fish à Gogo) : un vrai délice !! Nous retournons sur la grand-place récupérer nos vélos pour poursuivre notre escapade en changeant de quartier. Nous entrons dans une des plus belles gares du monde : centraal station, classée patrimoine mondial de l’Unesco. Quel hall splendide !

 

 

Nous passons la porte de Chinatown

 

 

mais le reste de la rue est un peu glauque, et nous ferons un peu de lèche-vitrine dans le quartier des diamantaires juste à côté. Que ça brille !!! mais les prix sont exorbitants ! et comme je ne suis pas bijou, mon mari relâche son souffle qu’il avait retenu jusque là 😉  Je serai choquée par une petite affichette placardée sur la porte de certaines boutiques qui indiquent qu’ils percent aussi les oreilles des bébés de 1 mois !!! j’ai relu plusieurs fois, je n’en revenais pas : 1 mois !!
De nouveau sur nos vélos, nous allons expérimenter un passage amusant : le Sant’Anna Tunnel. C’est un tunnel piétonnier et cycliste qui permet de passer sous l’Escaut (oui, oui sous l’Escaut ! ) pour aller sur la rive d’en face. Il y a l’escalator en bois par lequel on peut descendre à -31 m sous terre ou l’ascenseur. on emprunte ce long tunnel où il fait un peu frais pour aller se poser un moment sur les bords de l’Escaut et admirer la vue sur la ville. Amusante expérience !

 

 

 

 

Nous reprenons la route pour aller dormir en dehors de la ville. J’avais référencé l’aire d’Eeklo en direction de Gand qui devait être notre prochaine destination et comme je le disais plus haut on change nos plans au gré de nos envies. Tout d’abord l’aire est très moche, à l’abandon (je vous fais grâce de l’état des toilettes!), et plutôt bruyante avec le boulevard en face malgré des emplacements spacieux face au canal qui promettaient une halte sympa. Du coup on cherche un autre spot que l’on déniche à quelques kilomètres. Cette fois très agréable au bord du canal, à regarder passer les bateaux, au calme la nuit même si cela circule un peu la journée sur la route qui passe au dessus.

 

 

Et nous réfléchissons : il y a encore pas mal de choses à voir dans notre circuit qui nous font très envie…Gand et Bruges sont des villes qui se ressemblent…ne faut-il pas se garder de l’énergie et du temps pour le reste du voyage ?…Nous décidons donc de ne garder que Bruges (qui comme je l’ai lu sur un site (désolée je n’ai pas gardé l’adresse du site mais je remercie l’auteure de me prêter ses mots) : visiter la Belgique sans visiter Bruges, c’est comme enfiler un jean slim après une séance de natation : c’est pas possible !! lol ! ) et de se rendre d’abord sur la côte Belge car nous sommes vendredi et il  vaut mieux éviter de visiter Bruges le week-end. Résultat des courses : aujourd’hui repos au bord de l’eau, courses de ravitaillement, dodo et demain la station balnéaire de De Haan nous attend ! Deuxième nuit au bord du canal tout aussi paisible.

Arrivés à la petite station balnéaire de De Haan (du Coq en français), nous trouvons un petit parking proche de la plage et empruntons la promenade du front de mer. Ambiance balnéaire, immense plage, jolies cabanes de plages et grooos orage qui se profile à l’horizon. Vite un abri ! le store d’un magasin fera l’affaire et nous abritera le temps de l’averse.

 

 

 

 

 

Puis nous reprenons la route pour cette fois s’installer dans un petit camping proche d’Ostende sans tomber dans les camping-clubs quatre étoiles du bord de mer. Nous le trouvons à 2 kms de la mer, très bien tenu et entretenu avec tout le confort mais pas vraiment bon marché comme tous les campings belges. Nous laissons filer la journée en mode vacances et passons une nuit bien calme.
Ce matin nous sortons les vélos de sous leur bâche pour filer au centre-ville. Au programme : la visite du magnifique voilier “le Mercator” et les fameuses statues de sable d’Ostende. La balade à vélo nous prend une petite demi-heure plaisante sur les pistes cyclables.

 

 

Après avoir laissé les vélos près de la guérite du vendeur de tickets, nous opérons la petite transaction qui nous permettra de monter à bord de ce célèbre navire-école. Il se visite de la cale au pont grâce à une restauration particulièrement réussie. Ce “gentleman des mers”, tout en élégance et majesté, nous délivre ses secrets. les bois luisent, les ors rutilent , les mats s’imposent, et les cordages sont …sagement rangés. Il nous raconte ses périples jusqu’à l’ile de Pâques, comment il a ramené deux de ses statues pour les musées, la fierté qu’il a eu de ramener la dépouille d’un célèbre personnage, tous les capitaines qui ont tenu sa barre, son palmarès de 17 fois le tour du monde et tous les cadets qui ont arpenté et briqué ses ponts. Et nous sommes tout ouïs ! Depuis le pont nous serons surpris par quelques notes de musique d’une fanfare : nous avions oublié que c’était jour de fête nationale en Belgique ! Nous aurons passé vraiment un moment unique à bord de ce bateau.

 

 

Ensuite d’un coup de pédale nous arrivons sur la plage où se dressent fièrement les statues de sable. Au premier abord, on ne voit que le sommet des plus grandes et après s’être acquitté du billet d’entrée (un peu cher à notre goût : 12€ ! mais nous voulions les voir depuis longtemps alors…) nous entrons. Quel travail d’artistes ! c’est spectaculaire ! autant de réalisme, de relief ! nous passerons un moment très agréable à cheminer sur les planches du petit chemin qui slaloment entre ces géantes des sables.

 

 

De retour au cc, nous sommes intrigués par de la musique d’un volume assez fort. C’est de la musique country et nous y aurons droit tout l’après-midi jusqu’au soir. Ils étaient infatigables !! Si j’avais pu trouver la prise pour débrancher le micro…j’ai des goûts éclectiques en matière de musique et je ne suis pas contre un peu de musique country à petite dose mais au bout de plus de 6 h non stop j’en étais gavée !! nous avons appris que c’était sur la place du village, fête nationale oblige ! Bref ! il faut bien qu’il y ait quelques anicroches à raconter sinon ce serait des vacances trop parfaites….lol !
Ce lundi il est temps de prendre la direction de Bruges. j’ai attendu ce moment une bonne partie des vacances. Je savais que ce serait un moment fort de ce circuit et je ne me suis pas trompée !! J’avais fait des recherches avant de partir et retenu un park and ride à la périphérie de Bruges avec un bus à proximité pour la visite. Le stationnement sur ce dernier n’est plus permis que de jour mais comme nous n’aimons pas dormir en ville cela ne nous gêne pas. Cependant il est complet. heureusement il y en a un autre en face. Des camping-caristes sur le point de partir nous indiquent qu’ils ont stationné deux jours ici et même dormi sans problème. une fois garés, nous allons jusqu’à l’arrêt de bus au bout de la rue et embarquons dans le bus 15 (le 5 va aussi au centre-ville !) direction “centrum”. Le prix du billet est de 3€. On peut s’y rendre à pied ou à vélo également mais nous avons choisi cette option pour ménager nos jambes car nous allons beaucoup marcher. Une fois descendus, nous sommes sur une petite place et nous nous dirigeons sur la rue qui nous mène à la grande place.

 

 

Et là, “Oh my god !!”, ce que c’est beau !! Le beffroi la domine de sa stature imposante comme un témoin géant de tant de vies déroulée à ses pieds : on trouve les traces de marchés se tenant sur cette place depuis l’an 958. Les maisons se dressent comme des demoiselles fières de leur âge et de leur élégance.

 

 

 

On choisit de se plonger plus intimement dans son histoire en prenant des billets à l’Historium. Attraction présente sur la place et qui propose une immersion dans la Bruges du moyen-âge grâce aux techniques modernes.  La visite est bluffante avec des vidéos, des salles décorées, des odeurs, de la réalité virtuelle. Une petite sortie sur la terrasse nous procurera une vue inédite sur la place. On aura grandement apprécié l’expérience !

 

 

Gros gros coup de coeur pour cette ville ! Après quelques déambulations et une tonne de “ooohh!, je la classe instantanément dans le top 5 des villes que j’ai eu la chance de visiter. On l’appelle “la Vénise du Nord” et elle mérite amplement son titre car pour moi elle est aussi belle que sa jumelle d’Italie. Elle dégage une atmosphère romantique et intemporelle comme si le temps n’avait pas de prise sur elle. On pourrait tout aussi bien être au 15e siècle qu’au 21e lorsque l’on arpente ses rues et ruelles. Le claquement des sabots des chevaux tirant les calèches ajoutent à cette ambiance.L’architecture typique du Nord habillent les façades des maisons toutes plus belles les unes que les autres. On se laisse happer par notre regard, nos pas qui nous mènent de ruelles en places, de ponts en quais. On pousse le romantisme avec une balade en bateau sur les canaux. Bon d’accord on n’est pas tout seuls mais il n’y a pas trop de monde et le regard différent apporté par le changement de perspective nous comble. On salue les cygnes que la légende pousse les habitants de Bruges à veiller sur eux. On croise la brasserie locale, on devine les terrasses des cafés donnant sur les canaux.Les commentaires ne sont pas folichons mais on passe un très agréable moment sous un soleil éblouissant.

 

 

Un petit détour par la boutique-café 2be pour admirer son mur de bière et déguster une bière locale assis à la fenêtre donnant sur les canaux. voila pour notre première journée.

 

 

De retour au cc, on se replonge dans notre application préférée (park for night pour ne pas la citer ! vous trouverez toutes les coordonnées de nos dodos sur celle-ci) pour chercher un endroit pour dormir sans trop s’éloigner. On le trouve dans un autre quartier périphérique de Bruges à côté d’un centre sportif ( décidément c’est le bon plan en Belgique les centres sportifs !). Il y a une zone d’herbe derrière les emplacements et l’on peut se rafraichir à l’ombre des arbres.

 

 

Nuit tranquille.

Ce matin, nous choisissons de prendre les vélos. Nous sommes encore mieux situer que sur le précédent parking et l’on arrive sur la Grand’place en quelques minutes après un petit passage au pied des moulins. La ville s’éveille doucement et nous nous sentons privilégiés de sillonner ses ruelles quasiment vides.

 

 

 

J’adooore cette ville ! Nous nous rendons au Béginnage, site emblématique de Bruges. Cet ensemble de bâtiments était occupé par des béguines, des femmes célibataires ou veuves, laïques qui avaient choisi une vie pieuse et religieuse. L’ensemble dégage une sérénité inaltérée, un calme religieux. Il est resté dans un excellent état, on se sent comme coupé du monde.

 

 

Nous sortons de l’autre côté pour tomber sur le lac d’Amour. Un autre lieu romantique et magnifique de cette ville extraordinaire.

 

 

On retourne déjeuner au camping-car. Nous chevauchons de nouveau nos vélos pour cette fois longer le canal qui nous mène au petit village de Damme. Bucolique promenade passant au pied d’un moulin avant d’arriver à un minuscule village.

 

 

Petite déambulation piétonne et nous revoila en selle ! Le retour est tout aussi appréciable sur l’autre rive cette fois à l’ombre des platanes qui bordent le canal. Nous nous sommes réservés cette soirée pour aller faire un tour de nuit afin d’admirer la ville toute éclairée.

Nous partons donc vers 21 heures. La grand’place est encore très animée nous en profitons pour déguster une glace.

 

 

Nous nous éloignons de quelques rues afin de trouver un bon glacier(Gélateria Da Vinci). N’hésitez pas à vous y rendre, elles sont délicieuses !

Puis nous regagnons la place, trouvons un banc et laissons filer les dernières minutes du jour en attendant l’illumination…qui ne vint pas ! On ne sait pas pourquoi il y a une coupure générale sur toute la ville, aucun éclairage public ne fonctionne ! GRRRR ! Nous rentrons déçus dans le noir pour arriver au cc et découvrir un groupe de jeunes en train de décharger de l’alcool et de la musique du coffre de leur voiture et de s’installer dans le parc juste à côté ! re GRRR ! décidément il y a des jours comme ça…On décide de préserver notre nuit de sommeil et de filer à un autre spot dans la direction de la suite de notre programme. Au bout de quelques kilomètres, on fait le moins de bruit possible en arrivant, on arrête tout et on s’installe pour la nuit. bonne nuit !

Et elle fut bonne ! bien calme et paisible. quelques courses de ravitaillement et on se dirige vers la frontière.La partie Belgique se termine et on se dit qu’on aura vraiment aimé découvrir ce pays car on s’y sent bien, sans aucun sentiment d’insécurité et ces atouts touristiques sont indéniables. Petite pause camping à Zuydcoote au bord de la mer du Nord en espérant traverser la canicule qui s’annonce sans trop de mal. Le premier jour ça va, mais le deuxième nous n’avons même pas voulu aller sur la plage. Température ressentie : 43°c !!  Ce serait presque dangereux d’aller se mettre en plein “cagnard” sur la plage. On reste donc à l’ombre au camping en alternant douche fraiche et grand verre d’eau. On ne se sent pas bien et d’ailleurs on n’est pas les seuls car les pompiers sont intervenus dans le camping auprès d’une personne âgée. La nuit fut chaude !

Ce matin le mercure est redescendu, ouf ! et nous reprenons la route. On va suivre un itinéraire qui nous fera croiser quelques moulins dont probablement le plus ancien d’Europe , le moulin Noordmeulen qui affiche sur une de ces poutres la date de 1128.

 

 

Et nous faisons étape à Terdeghem, un des plus beaux villages du Nord. Nous trouvons un parking à la sortie du village, parfait pour déjeuner mais aussi probablement pour dormir. C’est un tout petit village et la visite est rapide mais l’ensemble de maisons de style flamand tout en briques rouges et toits de tuiles vernissées est de toute beauté.

 

 

Mais ce qui fait l’attrait de ce village est son estaminet. Petit troquet plein de charme resté dans son jus et tenu par deux frères très sympatiques. Nous dégusterons une bière locale en terrasse après avoir pris quelques clichés de l’intérieur si typique.

 

 

On s’y sent tellement bien et la carte est tellement alléchante que l’on décide de diner ici ce soir. On réserve (c’est plus prudent vu son succès 😉 ) et on poursuit notre balade jusqu’au moulin de Roome juste à côté. On repère le parking du moulin qui semble bien sympathique pour dormir mais comme il y a un restaurant à côté on hésite…à suivre… il est temps d’aller affoler nos papilles et elles ne seront pas déçues !!

 

 

Le repas est excellent et copieux, une vraie cuisine de qualité avec de bons produits. Je vous le recommande chaudement ! Pour finir nous irons dormir sur le parking du moulin car le restaurant est en fermeture annuelle. Nickel ! jolie vue sur le moulin et la campagne environnante.

 

 

Super nuit !

L’orage nous a rejoint ce matin et le ciel se déverse. Nous décidons de laisser Lille pour d’autres vacances dans le Nord. Ce sera donc journée de transition avec arrêt à Arras pour faire un tour à son marché classé tout de même 5e plus beau marché de France en 2018 mais qui nous a déçu et traversée du village de “Mon idée”, si si “Mon idée” ! Quelle idée de donner un nom pareil à un village…Nous arrivons à notre étape du jour : une halte fluviale à quelques kilomètres de Verdun où nous avons prévu de nous arrêter pour un peu de tourisme de mémoire….La route entre Sedan et Verdun est une route verte avec beaucoup de charme et nous savourons la balade. Nous serons très bien installé à Mouzon pour laisser passer la colère du ciel en attendant le retour du soleil.

 

 

Le dimanche sera occupé par le visionnage (ou plutôt revisionnage : c’est la 3e fois !) d’une de mes séries préférées : “Downtown Abbey” et par le suivi pour mon mari du grand prix d’Allemagne, un grand prix d’anthologie d’après ses dires !!
Une fois le soleil revenu, nous irons faire un tour dans cette petite cité de caractère se dégourdir un peu les jambes Une belle abbatiale, un chemin de halage le long du canal agrémenteront la promenade.

 

 

Il est temps de reprendre notre périple. Nous avalons les kilomètres qui nous séparent de notre première halte. En arrivant sur Douaumont, on ira d’abord se poser au village détruit. Il en existe neuf sur le secteur, neuf villages totalement détruits et jamais reconstruits. Il a été posé à l’emplacement de chaque maison une petite pancarte avec le nom de l’habitant et son métier. Le terrain est une succession de creux et de bosses, témoins fidèles de la violence des bombardements.

 

 

Nous sommes dans le recueillement  et un peu choqués de voir des hollandais s’installer dans l’herbe pour pique-niquer au milieu de ce lieu empreint de tristesse.

Nous longeons le champ de bataille de Verdun exposant encore ses cicatrices à ciel ouvert, nous confiant la mémoire de ses combats et de ses morts. Trop sensible, j’ai toujours du mal à effectuer ce genre de visite mais il est important de ne jamais oublier…Nous passons devant l’ossuaire de Douaumont

 

 

et nous dirigeons vers le Fort. L’entrée de 4€ est tout à fait raisonnable et armé de notre audioguide nous entamons la visite. C’est un lieu habité par les souvenirs, envahi petit à petit par l’eau et témoin de plusieurs drames. L’audioguide est très bien fait car il nous permet de visionner des vidéos et des images d’époque nous plongeant dans l’Histoire. Cependant les salles sont vides et ne laissent pas une impression d’immersion, de réalisme.

 

 

Nous verrons demain avec la suite de nos visites si l’émotion est au rendez-vous. Ce soir nous irons dormir encore une fois au bord de l’eau à Belleville sur Meuse. Au calme une fois les promeneurs partis et malgré quelques indélicats qui prennent plaisir à venir se garer juste devant nous alors que le reste du grand parking est totalement vide et que nous nous sommes mis bien au fond pour ne pas gêner. Jusqu’où va la bêtise des gens….

Ce matin, nous avons choisi de découvrir un site que nous ne connaissions pas mais dont nous avons vu l’affiche au Fort de Douaumont. Et bien nous en a pris ! Nous allons énormément apprécié cette visite: L’ouvrage de la Fallouse. c’est un ancien fort racheté par des passionnés (ils sont au nombre de quatre) qui à force de passion et de persévérance ont redonné vie à ce lieu et perpétré sa mémoire grâce à des mises en scène réalistes avec une ambiance sonore bluffante qui nous plonge d’un coup au coeur de la bataille en 1916.

 

 

A ne surtout pas manquer ! Ces passionnés ont fait un travail formidable et continue d’ailleurs à finaliser tout le décor grâce aux recettes des visites et sans aucune subvention. notre hôte attire d’ailleurs notre attention sur le fait que petit à petit l’état se retire de son implication dans la survie de ces vestiges de la guerre et que bien souvent ils se retrouvent seuls à vouloir sauvegarder ses trésors. Survolant régulièrement par avion le secteur de la zone de Verdun, il a même constaté que l’ONF qui gère le secteur arase petit à petit le champ de bataille de Verdun faisant disparaitre les traces de cette sombre partie de l’Histoire. C’est triste ! Nous aurons vraiment été enthousiasmé par cette visite qui nous aura permis de toucher de près la vie d’un poilu dans un fort en 1916. Très vivant et très réaliste! Juste ce que nous cherchions !

Puis ce sera le tour de la Tranchée de Chattancourt. Attention, il est difficile de se garer ! N’hésitez pas à aller plus loin dans la rue, il y a une zone herbeuse le long de la route qui permet de se garer avec le camping-car.  Après la vie du fort, celle des tranchées ! La reconstitution est là aussi très fidèle, réalisée à l’aide de documents d’époque, de témoignages, de recherches et de vestiges déterrés lors de fouilles dans le secteur. Nous sommes par contre tombés sur une guide inexpérimentée pour qui c’était son premier jour et la visite n’a pas été à la hauteur de nos espérances. Très vite expédiée, peu documentée et nous attendons encore la présence des poilus (évidemment pas les vrais !) qui d’habitude déboulent lors des visites comme nous l’avions vu lors d’un reportage à la télévision. Bref un peu déçus mais pas trop quand même car nous avons malgré tout apprécié de pouvoir toucher les munitions, les obus, les casques d’époque retrouvés sur le secteur et exposés au public sur le trajet de la tranchée. Par moment, surtout devant l’échafaud (la fameuse échelle qui faisait sortir de la tranchée sur le champ de bataille) on se croyait dans un film de guerre.

 

 

A la fin du parcours ou au début cela revient au même, il y a un mur du souvenir où toutes les familles peuvent rendre hommage à leurs disparus en affichant une photo, un mot. Emouvant !

 

 

Il existe bien évidemment encore plein d’autres lieux de mémoire à visiter mais ceux-ci étaient notre choix.

Malheureusement le temps file inéxorablement et il va bientôt falloir amorcer notre retour en dirigeant nos roues dans l’autre sens. Après un petit détour par l’Allemagne pour quelques achats au DM, nous choisissons de prendre un peu la route buissonnière en évitant systématiquement l’autoroute. Nous sillonnons une partie de la Lorraine et de l’Alsace sans bouder notre plaisir avant de s’arrêter en pleine forêt pour profiter du temps qui passe et d’une halte en pleine nature. Je rédige ces quelques lignes au milieu des arbres dans un silence bienfaiteur.

 

 

Sauf une petite exception en mettant un peu de musique dans mes écouteurs : comme il m’arrive souvent de le faire, je tape au hasard sur une musique qui me semble intéressante et là je suis tombée sur HAEVN :”we are”, c’était magique ! Voila pour l’ambiance !
Plus tard dans l’après-midi un autochtone est passé avec son petit tracteur, s’est arrêté, est venu nous saluer et échanger quelques mots fort sympathiques avec nous. Spontané et gentil, cela fait du bien !  Nuit forestièrement calme !

Ce matin, nous continuons la redescente en traversant les Vosges. Nous choisissons de nous arrêter deux jours au bord du lac de Gérardmer pour une dernière pause avant le retour à la maison. Le camping est bien situé tout au bord du lac. Nous en ferons le tour à pied savourant les différents points de vue qui s’offrent à nous.

 

 

 

Le deuxième jour, nous louerons un petit bateau électrique. La balade est douce et silencieuse, nous sommes entourés de montagnes et de sapins, le soleil brille : encore un chouette moment de ces vacances !
Nous poursuivons notre route buissonnière en passant cette fois par le grand ballon d’Alsace et une petite incursion montagne avant de redescendre. Les Vosges nous font de l’oeil et l’on se dit que ce serait une destination à mettre dans nos tablettes pour un prochain voyage. voila les pancartes annoncent Lyon à quelques kilomètres, nous ne sommes pas pressés alors nous prenons le temps de déjeuner une dernière fois au bord de l’eau. On repère une petite halte au bord de la Saône sur un parking au bord d’une voie bleue et hop ! on le note d’office pour revenir s’évader un petit week-end depuis Lyon. La liste s’allonge continuellement, il y a toujours matière à voyager ! A quand le prochain départ ?

 

La Belgique on a aimé :

  • les Belges: vraiment très gentils et serviables
  • Les frites, le sirop de Liège, les gaufres, les pralines , le pain aux céréales, les fricadelles, les bières locales…
  • Les nationales et les autoroutes qui passent en dehors des villes et qui sont gratuites
  • ça sent souvent les gaufres partout où l’on va : huuumm!
  • Les automats pour acheter les produits de la ferme : fraicheur assurée !
  • Les jolies maisons en brique bien entretenues et leurs jardinets
  • les aménagements pour les vélos: pistes cyclables, parkings. on a vraiment aimé cette façon de se déplacer en ville et partout ailleurs
  • le sentiment de sécurité omniprésent
  • l’architecture du Nord et plus particulièrement la magnifique ville de Bruges
  • les grandes plages de la mer du Nord

On a moins aimé :

  • les campings trop chers, les douches à jetons, les aires pas toujours tops
  • les supermarchés pas faciles à trouver : pas de pancarte sur la route pour les indiquer comme en France
  • L’absence de poubelles dans la rue ou sur les routes. Il n’y en a pas assez et c’est super réglementé. J’ai même vu une poubelle dans laquelle il fallait glisser une pièce de 0,50€ pour y mettre ses déchets ménagers !

19 Commentaires

  1. Merci beaucoup pour ce partage de vacances
    Que de belles photos et le récit est bien écrit et super interressant
    Merci de partager
    Merci de nous faire découvrir de biens beaux pays et de belles régions françaises
    A de prochaines aventures
    Il me tarde déjà de vous lire

  2. Je ne devais pas être bien réveillée quand j’ai ouvert ma messagerie ce matin, car je me suis dit : “Tiens des nouvelles d’Agnès”, car j’ai une amie, Agnès qui est Belge et elle vient souvent à la maison mais … nous, nous ne sommes jamais montés la voir, pas eu l’occasion jusqu’à présent. Mais ton magnifique billet me le fait regretter maintenant, que c’est beau. Et tu documentes tellement bien ton blog, c’est incroyable. Bon, ce matin je suis un peu à la “bourre” car je dois être à Nîmes dans une heure. Je repasserai te relire en fin de journée. Bisous, bisous;

  3. Comme toujours, un vrai régal de te lire … et j’aime tes programmes hors des sentiers battus et toutes les belles surprises que cela nous réserve. J’avais aussi préparé un petit programme “Belgique” que nous n’avons finalement jamais réalisé en dehors de Bruges le temps d’un week-end hivernal, c’était il y a … très longtemps ! Désormais, nous sommes beaucoup plus loin du Noooord et plus proches de nouvelles destinations plus méditerranéennes. Je te rejoins quand tu parles de cette liste qui ne fait que s’allonger … et c’est très bien comme ça, car je crois que nous ne sommes pas prêtes de bouder ces merveilleux road-trips en camping-car !
    Plein de bises, Martine

    • Oh non ! on ne va pas les bouder ! nous avons encore plein de projets en tête dont un qui nous tiens encore plus à coeur que les autres pour la retraite…mais patience encore quelques années…En attendant on a encore de bien jolis voyages en perspective…bises.

  4. CLARA CHARPAIL

    je suis toujours aussi fan de vos récits et de vos photos, merci de me faire voyager ainsi.
    amicalement,

    • merci Clara de ta fidélité. je suis ravie de te faire voyager avec nous. bises.

  5. En voici un beau voyage… au printemps, nous étions juste à côté de la Belgique mais notre rendez vous chez notre fille à Lille (qui vaut le coup d’œil) ne nous a pas laissé le temps d’y flâner. Je prends donc plein d’idées pour notre prochaine visite dans la région.
    C’est gentil de nous laisser les bonnes adresses et les endroits pour passer la nuit, pour nous qui “fuyons” les supermarchés nous éliminons ce petit désagrément. Sinon nous gardons tout !! merci pour ce joli reportage. A très vite

    • n’hésite pas Jacqueline, pioche et profite ! le partage est fait pour ça 😉 . bises.

  6. Que c’est agréable de lire les récits de vacances !! celui-ci me rappelle de très bons souvenirs de Bruges et de Bruxelles ; belles haltes aussi dans ces villages avec cette église originale et cette abbaye qui rappelle “un peu l’écosse” étonnante aussi cette plage de statues de sable elles tiennent combien de temps ? Bonne fin de vacances à vous, pour nous c’est pour bientôt et bien sur , le choix se fera en dernière minute !!!

  7. Bonjour,
    un article au top toujours aussi sympathique à lire et les photos pour agrémenter l’article sont géniales.
    Un voyage par procuration c’est vraiment cela donne envie de faire de même.
    Amitié
    Fred des Archers de L’ouest 😉

    • merci beaucoup Fred d’être passé ! j’espère que tu as apprécié le voyage !

  8. (Je t’avais envoyer un com mais il n’apparait pas alors je recommence ) belle incursion en Belgique avec ses villages et bien sur Bruges et Bruxelles qui me rappelle de très beaux souvenirs !!! étonnant ces statues de sable elle résiste pendant combien de temps?
    Bonne fin de vacances , pour nous c’est bientôt . Bises de Franche-Comté

    • merci de ta visite ! ne t’inquiète pas ton message s’était mis en attente de validation du coup j’en ai deux ! lol ! pour te répondre ces statues durent de juin à septembre. on a touché et apparemment ils font un traitement qui solidifie le sable ce qui fait que cela tient super longtemps. c’est très chouette à voir !

  9. Bonjour Agnès, ravie que la Belgique vous ai plu. Pour nous cette année ce fut la Suède sur 8 semaines. Un autre monde. Je suis toujours en admiration devant tes photos, je vois que vous n’avez pas changé de cc comme prévu, nous non plus. Au plaisir d’une prochaine rencontre.

    Eve

    • je ne manquerai pas d’aller faire un tour sur ton blog pour voir ton récit ! non le changement du cc ne sera finalement pas d’actualité mais ce n’est pas grave notre vieux CI nous emmenera encore dans de multiples voyages…

  10. Quelle belle et enrichissante façon de concevoir des vacances !
    Merci d’en faire profiter les autres.
    Nous connaissions un peu la Belgique. Vos photos ont approfondi cette connaissance et donner l’envie d’y retourner.
    Bravo !
    Gérard et Elisabeth Charreyre

Faites moi part de vos impressions