Entre l’Aveyron et l’Aubrac

Classé dans : France | 14

Cette année, nous avons opté pour des vacances “de l’intérieur”. Nous aimons partir à la découverte des jolis coins de France moins fréquentés mais tout aussi pittoresques. Ce sera donc un échantillon des plus beaux villages de l’Aveyron assorti de petites visites de parcs divers, histoire de panacher les distractions.
Afin d’éviter les fortes chaleurs et la circulation dense de ce samedi 3 juillet, nous choisissons de partir “à la fraîche” vers 19 heures. On se dit que l’on va rouler jusqu’à ce que le soir tombe et que l’on se trouvera un coin sympa pour dormir…c’est ça la liberté en camping-car !
Et d’un coup on s’est souvenu de l’aire de Planfoy, quasiment sur notre route et étape bucolique à souhait. C’est sous l’orage que nous toucherons notre but. Nous passerons une nuit toujours aussi calme et nous nous réveillerons sous un brouillard qui donnera une ambiance toute particulière à notre premier jour de vacances.



Nous reprenons notre circuit. Premier arrêt : le parc des loups du Gévaudan.


Le loup est un animal méconnu qui m’a toujours fascinée. Le parc est situé dans un cadre verdoyant et vallonné. Nous débouchons sur un parking qui nous offre un stationnement au calme et ombragé. Parfait pour Sisko, notre chien, qui ne peut évidemment pas nous accompagner dans notre visite ! Le parc présente plusieurs espèces de loups, aux pelages et lieux d’origine différents.


La visite guidée apportera beaucoup de réponses à nos interrogations et précisera les jours de nourrissage des loups , deux fois par semaine, ce qui fait que si l’on veut avoir une chance de bien les voir, mieux vaut venir les jours où ils sont affamés. De cette manière, ils s’approcheront plus volontiers du soigneur et du groupe de visiteurs.


Rassurez-vous : nous ne sommes pas la nourriture, ce sont des morceaux de viande et des croquettes pour chien !!


Nous aurons même la chance de les entendre hurler et se répondre d’une meute à l’autre. Nous demanderons l’autorisation de dormir sur place qui nous sera accordée sans difficulté. Nous poursuivrons la visite par le hameau de Ste Lucie juste à côté




et descendrons en contrebas jusqu’au parc des cerfs, toujours à pied.



La soirée se passera sans encombre sous la fraîcheur des pins embaumant l’air. Les loups salueront le lever du jour par des hurlements.
Le lendemain, après un sommeil réparateur, nous reprenons la route pour rejoindre le Lot et longer ses rives. Nous traverserons St Laurent d’Olt, St Geniez d’Olt, avant d’arriver à Ste Eulalie d’Olt (Olt signifiant Lot). Nous avions repéré une aire sur internet que nous ne trouverons pas tout de suite car elle est indiquée sur les pancartes avec le camping alors que le site internet la situait au coeur du village. En fait, elle est bien à deux pas du coeur du village en bordure du Lot juste à côté du camping. Elle a été aménagée à l’initiative d’un conseiller municipal également camping-cariste. Nous avons échangé quelques mots avec lui. il tente ainsi de sauver les petits commerces encore présents dans le village. Le forfait est de 8 euros comprenant l’eau, l’électricité, les vidanges et les services du camping (douches, W.C). Elle se révèle très pratique et confortable.


Nous nous lançons, appareils photos fin prêts,  “à l’assaut” du petit bourg. Les frontons arborent fièrement leurs dates 17 ème ou 18 ème siècle, témoignant du passé de ce village “coup de coeur”.

(merci clara pour ton template)

Chaque ruelle, chaque détour nous apporte plus de beauté, de caractère et de couleurs grâce au fleurissement que chaque habitant assure.

 


Un village comme je les aime avec de l’eau qui le traverse, des artisans qui l’embellissent, et des vieilles pierres qui le magnifient.




Par moment, j’ai presque la sensation qu’une longue robe frôle mes chevilles et que j’ai voyagé dans le temps….
De retour au cc, nous finissons la journée dans la quiétude du bord de Lot, autour d’un diner dehors.
Le lendemain, nous avons rendez-vous à 10 h 30 pour une démonstration dans l’atelier du souffleur de verre local. Il exerce son métier depuis de nombreuses années et son talent et sa dextérité transparaissent dans la précision de ses gestes.



 


(attention très haute température !)
Il réalisera devant nous un baromètre de Goethe (baromètre à eau).


Sa boutique regorge de trésors à contempler ou à acheter.
Après déjeuner, nous fréquenterons la route buissonnière sur les conseils de notre hôte camping-cariste. Petite route  permettant une jolie photo des toits de lauze de Ste Eulalie d’Olt


et qui nous fera saluer des petits hameaux paisibles, apercevoir le barrage, pour parvenir à  Espalion pour une courte étape.


Espalion qui nous offre son pont vieux et ses maisons, d’anciennes tanneries où l’on observe encore les pierres plates qui permettaient de laver les peaux.



Le grès rose a permis ici de construire l’église et le musée du scaphandre (que nous n’avons pas visité).



 

Nous poursuivons ensuite pour nous rendre au trou de Bozouls. C’est un nom original qui désigne une curiosité géologique locale plutôt impressionnante. Nous trouverons à stationner sur le parking de la bibliothèque, où se trouve l’aire de services. Nous nous rendrons à pied au belvédère.


Là nous attend un panorama exceptionnel. Le soleil nous met en contre-jour et nous gênera pour les photos, nous prévoyons donc de revenir le lendemain pour une lumière adéquate. Nous ne “sentons” pas le parking pour dormir et lui préférons une étape France Passion à proximité. Nos hôtes seront très sympathiques et ravis de nous accueillir. Ils exploitent des brebis pour le lait de Roquefort et des canards pour le foie gras et autres confits. Le pré qui sert de cadre à notre soirée nous détendra et nous rafraîchira.


Petit bémol pour le bruit des ventilateurs que les grosses chaleurs obligent à tourner pour le confort des canards mais qui finalement ne nous gênera que faiblement.
Nuit tranquille et départ assez tôt pour profiter de la belle lumière du matin sur le canyon de Bozouls.



Petit ravitaillement à l’aire de services


et nous filons sur le château de Calmont d’Olt (attention parking peu pratique mais quand même faisable). Château fort médiéval ayant conservé ses huit tours en défense mais les ruines sont assez importantes.


Ce qui suscite surtout l’intérêt de ce site, c’est sa situation de promontoire dégageant un magnifique panorama et ses animations. Le personnel se révèle gai et enjoué et surtout bien érudit sur les questions d’armement. Couillard, trébuchet, pierrières en état de fonctionnement, tir à l’arc et à l’arbalète rythmeront la journée de leurs démonstrations.



 


(exemples de flèches)

Quelques exemples de protections et d’armes d’époque sont exposées.



 

Bâton à feu et bombarde nous déboucheront les oreilles. Quelle pétoire !!


Nous en apprendrons également un peu plus sur la frappe de la monnaie de l’époque.



 


Quelle journée exaltante !
En fin de journée, nous prendrons la direction de Laguiole, notre prochaine étape. Arrivés sur place, après avoir traversé des paysages sauvages, émaillés de meules de foin tout juste formées (les froids de mai les ont mis en retard), et égayés ici et là de vaches de l’Aubrac toutes belles, nous nous rendons à l’aire de service référencée dans notre guide. En fait elle se trouve juste à côté du camping municipal sans possibilité de stationnement. Cependant le petit camping tout simple nous fait de l’oeil et son tarif aussi (9,50 euros/2 personnes avec électricité en haute saison). L’ombre bienfaitrice de notre emplacement abritera notre fin d’après-midi. Au programme demain : visite et terroir, mélange qui nous plait particulièrement et qui sont souvent le but de nos voyages.
Nuit à 1030 m d’altitude. Nous partons à vélo jusqu’à la fromagerie “jeune montagne” qui propose visite de ses ateliers et dégustation gratuite du fromage AOC de Laguiole. Il sera fait un parallèle entre sa fabrication traditionnelle dans les burons (cabane de bergers de l’Aubrac) et celle d’aujourd’hui plus mécanisée



 


mais tentant de rester relativement fidèle.
L’après-midi sera consacré au fameux couteau.


Mon homme est passionné de couteaux (rappelez-vous notre week-end à Thiers) et je lui offrirai le sien. La visite se révèlera très profitable. L’artisanat reste une part importante de notre patrimoine qu’il faut absolument défendre. L’altitude nous permettra de supporter la grosse chaleur du jour et notre emplacement à l’ombre nous invitera à la détente. Le matin, j’aurai fait une réservation pour une expérience toujours dans la veine de nos vacances où terroir et traditions trouvent leur place. Connaître son pays, par son patrimoine, ses richesses apporte beaucoup de satisfaction : c’est notre culture, notre passé et d’une certaine façon notre avenir…
Ce vendredi matin, nous mettons le réveil (sacrilège pendant les vacances !) pour nous rendre, après un petit détour par Aubrac, village plutôt mort à part une aire de services bien située, au buron de Caméjane.


C’est là que j’ai effectué une réservation pour déguster un aligot comme il était fait avant avec la tomme fraîche du buron, les vaches de l’Aubrac traient à la main sur le plateau à l’abri derrière des paravents,



et l’aligot cuit au feu de bois. Ambiance authentique!




Nous pourrons assister à la fabrication de la tomme du buron et ainsi constater la différence qu’il existe malgré tout entre la tradition et la modernité. A la fin, le goût s’en ressent  indéniablement. nos hôtes buronniers sont fort sympathiques et nous passerons un excellent moment en leur compagnie. Puis vint l’heure de confectionner l’aligot : pommes de terre bio cuite dans un chaudron en fonte sur le feu de bois,.


Puis ajout du beurre et de la crême et enfin de la tomme fraîche faite au buron.


Tour de main plutôt physique avec une grande cuillère en bois.


Et enfin le filage sous nos yeux et nos applaudissements.


Un régal à tout point de vue ! une saveur inimitable !! Pour manger au buron, il faut amener ses assiettes, couverts et verres comme au pique-nique, sa viande que l’on peut faire griller au feu de bois (honnêtement à moins d’avoir un estomac énorme, l’aligot suffit!) et son dessert. Nos hôtes nous fournissent l’aligot et le fromage. Puis en guise de promenade digestive, nous monterons voir les vaches et leurs petits veaux paissant un peu plus haut sur le plateau.


Nous reprendrons la route à regret après avoir passé des instants riches d’expérience et de rapports humains. Prochaine destination : Estaing, de nouveau ” un des plus beaux villages de France”. Nous trouverons à stationner juste à la sortie du village en direction du camping. Une pancarte nous souhaite la bienvenue et nous incite à nous rendre sur une aire nature au camping pour dormir. Après une visite éclair du village car quelques gouttes de pluie sont invitées , nous allons nous rendre compte de cette aire. En fait c’est le camping municipal qui propose la 1ère nuitée à 5 euros pour les cc. Sympa ! Nous finirons l’après-midi en essayant de nous réacclimater. En effet, nous descendons de 1400 m d’altitude où il faisait frais (nous avions même mis une veste!) pour nous retrouver dans une moiteur orageuse…
Samedi matin, poursuite de la visite d’Estaing, petite cité en bord de Lot pleine de charme.




Le château appartient à notre ancien président Valéry Giscard d’Estaing comme le nom du village.


Quelques clichés


et nous voila repartis tels des chasseurs d’évasion vers une nouvelle destination. Cette fois, nous nous dirigeons sur Conques, grand site de France, inscrit au patrimoine de l’Unesco. AInsi s’achève la première semaine de notre circuit. Je vous prépare la suite très vite….

 

Share on FacebookShare on Google+Pin on PinterestTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

14 Commentaires

  1. Magnifique
    Merveilleuse promenade, on prend plaisir à te lire, tout au long de ce périple dans la Vallée de l’Aubrac.
    Bisous, bonne journée.
    Jean Claude

  2. Laure et Jipé

    Et vous ne passez pas nous voir?
    Vos photos sont comme toujours superbe!!! il faudrait que vous nous fassiez un cours de scrap!! on adore!!!
    Vous êtes à Concques et nous à Livinhac le haut à 20kms!!! Vous ne venez pas faire une étape chez nous?
    Ca nous ferait trop plaisir!!! Bisous, Laure et Jipé!!

  3. je suis tjs aussi admirative de vos talents de photographe (s) (vous deux?), de narratrice et de tes magnifiques scraps !(merci pour mon template !)
    Il me tarde de lire la suite
    amicalement
    clara

  4. compliment à ma maman
    coucou maman ton site est vraiment génial sa regroupe tous nos voyages que nous avons fait, et maintenant quels sont les endroits que nous avons pas encore visité ? ( et je suis la première de ton fan club )

  5. serviere daniel

    ste eulalie d’olt
    Je suis le conseiller municipal (camping cariste)qui vous a accueilli.je suis tombe par hazsard sur votre site,et vous remerci pour ce petit reportage sur notre village.
    merci pour votre visite.

  6. Authentique
    Millavoise je suis moi aussi camping-cariste. Un vrai régal votre description du nord aveyron, reflétant parfaitement la beauté de ses villages, l’accueil chaleureux de leurs habitants, la qualité de vie. Nous allons partir et ne manquerons pas de faire escale au Buron de Caméjane et halte à St Geniez d’Olt que nous connaissons bien. Merci pour ce petit reportage et bonne continuation.

  7. aligot
    votre blog est très bien fait mais il est dommage
    que vous ne mettiez pas les adresses ex: la ou vous avez mangé l’aligot cela donne envie d’y aller

  8. merci
    Bonjour, magnifique, j’adore.Grace à vous j’ai réussi à faire mon itinéraire pour nos prochaine vacances, c’est notre premier voyage en CC et je vais suivre quelques une de vos escapades, vous m’en avez donné l’envie, encore merci et bravo.

  9. Bonjour ! Je suis catalane bien sur, mais j’habite dans le Gard. Nous sommes camping-caristes avec mon mari, et en septembre nous allons “refaire” l’Aveyron que nous connaissons déjà bien sur, mais pas tous les villages ni les petits recoins. C’est par hasard que j’ai trouvé votre blog, ce qui m’a permis d’avoir quelques tuyaux, notamment sur les aires de services ! Je met votre blog dans mes favoris ! Bravo encore.

  10. Quel beau pays que celui de mes ancêtres et que cela me donne envie d’y aller faire une virée .
    J’ai connu la réserve des loups du temps de Mr Ménatorie, et j’ai eu la chance de rentrer dans l’enclos avec lui: aucune appréhension, les loups le respectaient (mais il avait son sac de croquettes). Depuis j’y suis retournée, mais on ne peut plus rentrer dans l’enclos .
    J’avoue que j’aimerai bien y retourner pour les entendre “chanter”

  11. Bravo
    Bonjour, habitant dans le nord aveyron, je suis tombée par hasard sur votre blog en effectuant des recherches sur le buron de caméjane!
    Bravo pour ces jolies photos, je ne connaissais pas STe Eulalie mais je ne manquerai pas de visiter ce village!

  12. On en redemande
    Bonjour, nous aussi nous découvrons par hasard votre blog, nous cherchions un itinéraire sympa pour nous diriger lors d’un séjour en camping car .benh voilà qui est fait. Vous nous avez donné envie de decouvrir ces petits villages et rès beau marketing à me le conseiller pour son village.
    bien cordialement merci

  13. super quel beau récit
    que de belles photos et beau récit de la vallée de l’aubrac nous allons essayé de suivre votre itinéraire , j’aime les gens comme vous qui font ce genre de commentaire merci

  14. Bonjour, merci pour votre blog magnifique, nous partons la semaine prochaine
    pour l’Aveyron en camping car et j’ai déjà grâce à vous, hâte d’y être !

Faites moi part de vos impressions