Ecosse partie 1 : 28 jours et 28 nuits en terre celte

Classé dans : Europe | 19

Jour 1 :

Pendant que d’autres prennent en masse la direction du Sud, nous filons plein Nord pour des contrées plus vertes, plus sauvages et plus attractives à nos yeux. Arrivés à Calais, nous allons à l’aire de services sur la plage pour une petite pause bien méritée. Il y a un vent qui nous fait craquer sous la dent le sable qu’il soulève. Mais quel plaisir d’être enfin arrivés !

Nous aurons un petit coup de blues en pensant que la dernière fois que nous étions là, Sisko était encore parmi nous. Cela faisait un an dimanche qu’il nous avait quitté…

Malgré une certaine appréhension, nous nous dirigeons vers le terminal des ferries pour se faire enregistrer. Nous aurons avant cela pris la précaution de faire le plein à la station Total à coté de l’hôtel de ville car à partir de maintenant le gasoil sera plus cher.
Nous nous plions donc aux formalités et ouf ! Tout est en règle. Après une attente dans les files d’embarquement que nous mettons à profit pour manger un bout, nous embarquons enfin sur le ferry ! Youpi !

Nous jouons aux touristes en visitant les différentes salles. C’est impressionnant ! Il y a des bars, un magasin “free shop”, des machines à sous, des salles d’arcades.

Les moteurs ronronnent, on sent l’oscillation de tout le batiment, des remous et nous voilà partis dans un joyeux bazar car un groupe de jeunes feront les fous pendant tout le trajet. Mon indécrottable mal des transports me fera faire la traversée sur le pont extérieur car l’on ressent malgré tout un sensible roulis.

Heureusement le temps s’y prête ! On aperçoit très vite les côtes anglaises au loin et le trajet se révèle, somme toute, plutôt rapide. Nous nous rendons au bureau de change du ferry pour changer nos euros en livres. Ils ne prennent pas de commission et leur taux est plutôt compétitif. On s’amuse à découvrir les billets et les pièces que nous ne connaissions pas.


Nous arrivons de nuit dans le terminal de Douvres tout illuminé.

Nous touchons enfin le sol britannique et on se répète avant de s’engager vers la sortie : “on roule à gauche ! ” Nous avions projeté d’aller dormir au Dover monument patrol à quelques distances de Douvres au calme. Mais ce sera raté car on se retrouve dès la sortie pris dans une espèce de “couloir” que l’on est obligé de suivre sans pouvoir s’arrêter, ni bifurquer. Le GPS ne s’étant pas recalibré tout de suite, nous n’avons pas trouvé notre chemin et nous sommes retrouvés sur la route en direction de Londres. Comme nous étions fatigués, nous avons de nuit chercher à nous poser. Pas si évident ! Nous avons fini par trouver un camping, nous sommes rentrés, nous nous sommes posés à l’emplacement n°1 et dodo !!

Nuit 1 : coordonnées GPS : N 51.09365° E 1.20027

Jour 2 :

Nuit parfaitement calme. Je me réveille, dis bonjour à ma chienne et je m’habille pour la sortir. J’ouvre la porte du camping-car et là, wahou ! Il fait un temps splendide : ciel bleu azur et soleil lumineux et le camping est niché à flanc de falaises avec une superbe vue sur la mer. Quelle bonne surprise !

Guinness et moi surprenons des lapins qui gambadent en liberté dans le camping (nous en croiserons plein tout au long de notre séjour) et je savoure cet instant…Mais ce n’est pas le tout ! Il va falloir y aller ! Car nous avons rendez-vous avec Harry Potter. Si,si ! On se repère sur le GPS et nous voila partis. On découvre les autoroutes anglaises et la conduite à gauche. Franchement on s’y fait très vite. Les indications des panneaux autoroutiers sont relativement claires et nous n’avons pas trop de mal à garder notre gauche. Par contre, il est déroutant sur les routes nationales au début de voir arriver les voitures en face sur la voie de droite. On a l’impression qu’elles nous foncent dessus !

On arrive aux studios Warner Bros pour déjeuner. On s’installe sur le parking, on déjeune et nous voila prêts pour une plongée dans les coulisses des films d’Harry Potter. La visite se révèlera pour nous inoubliable ! Admirer tous ces décors réels, ces costumes portés par les acteurs, tous ces objets faisant partie intégrante de l’ambiance du film, créent un univers vraiment magique ! Pour moi, la plus forte émotion sera de remonter le “chemin de traverse” comme si on y était ! Tout ce que l’on peut admirer dans ce parc-musée provient des coulisses du film : vrais décors, vrais costumes et vrais accessoires.

 On avait l’impression que l’on allait entendre “on tourne !” et que le tournage allait commencer. Bref, une expérience grandiose pour les fans que nous sommes.
Il n’est pas très tard et le temps s’est couvert alors on décide de s’avancer. C’est que l’on a toute l’Angleterre à traverser ! En fin de journée, on trouvera à s’arrêter sur le parking d’une petite clinique, à la sortie de la M6.

Nuit 2 : parking de la clinique près de Coventry

Jour 3 :

Petit crachin. Dodo calme car la petite route est peu fréquentée la nuit. Nous faisons un peu de ravitaillement en nous rendant dans un “Morrisson”. J’avais lu que cette chaine de supermarchés était bien achalandée et raisonnable au niveau des prix. Je découvre un magasin semblable aux nôtres mais avec des rayons faisant la part belle aux plats tout préparés, sodas, chips et autres cochonneries. Heureusement, il y a également une belle variétés de fruits et de légumes ainsi que de viandes. Il me faut jongler entre les euros et les livres, mais le calcul se fait aisément.
Et c’est reparti pour avaler les kilomètres. On passe le temps sur la route en cherchant les plaques personnalisées que les anglais ont la possibilité de mettre sur leurs voitures. Certaines sont amusantes. Des écossais en fourgon avec des autocollants de la Bretagne placardés à l’arrière nous font signe avec un grand sourire. Entre amateurs de terres celtes, on se reconnait !
On touche enfin Penrith qui est pour nous le point de départ de notre circuit. Nous voulions nous arrêter à un cercle de pierres nommé “long meg et ses filles” mais on a du mal le situer et nous ne le trouvons pas. Nous abandonnons…peut être au retour…
Nous traversons des étendues désertiques en altitude que nous imaginons sans mal recouvertes de neige, des sous-bois où le soleil revenu joue à cache-cache. Que ça fait du bien cette verdure, cette nature après tout ce bitume ! On se rapproche de notre destination de demain : le mur d’Hadrien. il représente la limite de l’emprire romain en Grande-Bretagne. Nous allons explorer cela demain et je vous en dirai plus. En attendant, petite pause après toute cette route dans un petit village nommé “Hayden Bridge”. on trouve une place sur un petit parking à côté de la gare et on laisse filer l’après-midi et la soirée après avoir pris l’air et s’être fait offrir des pâtes et de la sauce tomate par des jeunes pour une opération publicitaire de l’ouverture d’un magasin “coopérative”. Le repas de ce soir est tout trouvé ! Au fait, le soleil est revenu !

Nuit 3 : coordonnées GPS

Jour 4 :

Nuageux avec des éclaircies. Nuit relativement calme (passage d’un camion de livraison vers 3 h du mat’)

Départ ce matin pour le mur d’Hadrien. Nous longeons la route qui le suit.

 On peut faire différentes étapes aux forts romains encore debouts. Ce mur fut construit en 122 après JC pour se protéger des attaques des tribus celtes. Il mesurait 4,50 m de haut sur 2,70 m de large sur 117 kms de long. Il reste encore beaucoup de vestiges de cette construction qui reste la plus belle de l’empire romain en Grande-Bretagne. Il fut classé en 1987 au patrimoine mondial de l’Unesco.
Les parkings sont payants mais parfois remboursés lorsque l’on paye l’entrée du fort . Le prix d’entrée se révèle d’ailleurs relativement cher à nos yeux au vu de l’intérêt des sites. Nous préférons nous rendre au petit parking en face de la petite route menant à Steel Rigg pour aller admirer Sycomore Gap, le célèbre arbre coincé entre deux collines qui apparait dans le film “Robin des Bois” avec Kevin Costner. La balade est très agréable et l’on savoure les odeurs, le bon air et le calme du lieu juste troublé par les moutons paissant à proximité.

Bon, tout le monde le sait : la région ne manque pas de moutons ! Nous prenons un peu de repos en arrivant au majestueux sycomore qui trône au pied du mur d’Hadrien.

 Nous foulons les pas des romains en longeant le mur pour revenir.

Quelques montées d’escaliers et descentes peuvent s’avérer ardues pour certains. Que nous avons apprécié cette balade !
Nous poursuivons ensuite notre route pour une étape camping nécessaire dans un camping anglais typique avec son gazon fluo tondu au centimètre près. Nous n’avons pas encore franchi la frontière écossaise.

Nuit 4 : camping dandy dinmont, galashiels road, Blackford

Jour 5 :

Nuit bien calme. Nous tournons la clé de contact, pensons bien à rouler à gauche et c’est parti ! Nous passerons la frontière écossaise sur l’autoroute et je serai déçue de ne pouvoir faire mon “cliché-cliché”. Comprenez par là : la photo “bateau” de nous trois sous la pancarte “bienvenue en Ecosse”. Peut être au retour…
Nous parvenons dans le petit village de New Abbey où se situe la célèbre Sweetheart Abbey. On se gare sur le parking à côté et l’on déambule sur ces lieux emplis de sérénité. Très joli contraste de couleur entre le rose des pierres de l’abbaye et le vert quasi fluo du gazon.

 

 

Malheureusement des échafaudages nous gâcheront un peu le plaisir et du coup nous ne rentrerons pas à l’intérieur. Nous voulions faire l’acquisition de notre historic pass à ce moment-là. Notre guide du routard nous soufflera une solution de rechange : le New Abbey Corn Mill. Joli moulin restauré où nous serons accueillis par deux adorables “ladies” qui se plieront en quatre pour nous renseigner ! Ah le légendaire accueil écossais !

Nous remplirons notre Historic pass pour le temps de nos vacances : 86,50 £ pour nous 3. A nous les trésors de l’Ecosse !
Petite visite sympathique qui nous rappelle un autre moulin restauré que nous avions déniché en France. Nous déjeunons sur le parking


(Guinness apprécie le gazon écossais)

puis reprenons la route non sans avoir fait un coucou à nos charmantes dames qui nous guettaient derrière leur fenêtre.
Un peu de route cette fois car il faut pénétrer plus avant dans les terres d’Ecosse. Nous atteignons le loch Lomond. Petite déception car il n’y a pas comme en France de petits parkings pour accéder aux rives et nous ne le voyons pas très bien. De plus, la pluie s’est invitée. On fait un stop au petit village de Luss et trouvons à stationner sur le parking du visitor centre.


(vue sur le loch depuis le parking)

On se renseigne au bar et nous pourrons rester la nuit. ça c’est sympa ! on consulte notre appli météo préférée qui nous annonce une accalmie incessamment sous peu. C’est donc après un petit café-thé que nous partons pour le village. Rien de très renversant mais il a son charme. Très fleuri avec cette allée principale qui mène aux rives du loch bien jolie.

Petite boutique souvenirs avec un charmant papy qui m’offre de ce sablé au beurre typiquement écossais. Il collectionne les différentes monnaies de ces clients visiteurs et elles sont toutes affichées dans son échoppe. Original !
De retour au camping-car on fête avec un petit apéro notre première nuit écossaise.


(vues sur le loch le soir en lumière naturelle)

Nuit 5 : coordonnées GPS N 54.71763° W 2.67009°

Jour 6 :

Après une nuit contrariée par des jeunes passant près du cc pour faire gicler des cailloux, nous avons trouvé à la finir sur le parking des départs de croisières un peu plus loin au bord du loch Lomond, bien tranquille. Le crachin ne nous quitte pas ce matin, mais qu’à cela ne tienne la lumière reste belle.

Il est surprenant de voir la quantité de touristes qui affluent pour ces croisières malgré un temps plus que moyen.
Frais et dispos, nous poursuivons notre périple en direction de Kilmartin puis Oban. En chemin, nous traversons le territoire d’Argyll qui est de toute beauté. Malgré la pluie, nous prenons en pleine figure cette nature sauvage à l’état brut où la main de l’homme n’a que peu d’empreinte. C’est à couper le souffle !

 

Nous longeons le loch Fynne sur presque toute sa longueur et il est superbe. Notre regard surprend des ambiances maritimes prises dans la brume.

 Arrivés à Inveraray, nous choisissons d’y faire une halte.

C’est un petit port sympathique avec un joli château et pris dans l’effervescence de la préparation de ses highland games. Nous y entendrons notre premier joueur de cornemuse, superbe dans son habit d’apparat ainsi qu’un exemple des douceurs de l’Ecosse.

 

 

On a très envie d’assister à des Highlands games mais pour l’instant les dates ne nous conviennent pas. On se renseigne dans un visitor centre pour en savoir plus. Le temps semble se lever un peu et on garde espoir pour l’après-midi.
Nous croisons sur la route à Auchindrain, le village de highlands reconstitué que je cherchais en vain. Coup de bol ! On déjeune et on part visiter ce site sans prétention mais qui a son charme. On passera un agréable moment dans ce village.

Arrivés à Kilmartin, nous nous extasions sur les pierres gravées de son cimetière et de ses croix celtes très anciennes.

Le soleil fait des clins d’oeil qui nous réjouissent. La route pour Oban se fera sous le soleil

et le paysage grandiose nous ravira. Wahou, quelle beauté !

Oban nous accueille et nous trouvons à stationner sur le parking central près des ferries. Il est à deux pas du centre-ville pour 2,50 £ les 4 h. Nous allons flâner sur le port,

savourer ce soleil éblouissant,

faire quelques photos du colysée (excentricité d’un riche commerçant qui voulait donner du travail aux habitants d’Oban mais qui ne fut jamais terminé)

et de la distillerie

et goûter à notre premier fish and chips. Délicieux, assis sur un banc face à la jolie baie d’Oban. Nous laissons un peu filer la soirée

puis il est temps de partir à la recherche d’un coin dodo, bien entendu hors de la ville. Nous roulons un peu en savourant cette sublime lumière du couchant que j’aime tant avant de trouver un petit coin de paradis : le parking de randonnée de la forêt de Fearnoch.

Un silence presque assourdissant comme le dit notre fille. La nuit devrait être bonne….

Nuit 6 : coordonnées GPS : N 56.43795° W 5.29657°

Jour 7 :

On a dormi comme des loirs dans un silence de rêve. Aujourd’hui nous ferons halte à notre premier château écossais. Celui-ci est en ruines mais a gardé son ambiance, planté là au bord du loch Awe : le Kilchurn Castle.
Le guide du routard nous indique un super bon plan pour le visiter à pied. A la sortie du village de Lochawe en venant d’Oban, prendre un parking non indiqué tout de suite après le 1er pont sur la droite. N’hésitez pas car une fois garés, une petite pancarte vous indique “to the castle” et ce petit chemin vous y mène très rapidement.


(photo de ma fille)


(photo de ma fille)

Nous nous approprions le site, seuls au monde avec juste quelques moutons.

On se dit que l’on pourrait surprendre un fantôme…
Nous regagnons ensuite notre cc pour poursuivre en direction de la route qui va nous faire traverser la mythique vallée de Glencoe et Rannoch Moor.

Nous mettons notre CD de musique celtique que j’affectionne et nous voila bouche bée devant l’immensité des lieux qui nous entourent. C’est très difficile à décrire et les photos ne rendent pas justice à la beauté brute de ces paysages. Il nous a juste manqué un petit brin de soleil.


(cliquez pour agrandir)

Chaque regard nous offre une vue plus belle que la précédente et l’on arrive pas à prendre toutes les photos que l’on voudrait car on ne peut pas s’arrêter partout sur la route. Cela restera un de nos plus beaux souvenirs.

La route est tout de même stressante car peu large et les camions ne ralentissent absolument pas. Je peux vous dire qu’assise du côté droit du véhicule, j’ai serré les fesses plus d’une fois !
Nous optons pour une pause camping à Fort William au pied du Ben Nevis, plus haut sommet d’Ecosse.

La ville de Fort William est sans attrait, juste un point stratégique au milieu des Highlands. Le camping est très chouette mais un peu cher. Demain, pluie annoncée pour toute la journée alors repli stratégique dans le camping-car avec au programme : shampoing, grasse matinée et jeux. On étudie également notre circuit en fonction de la météo car l’Ile de Skye se profile à l’horizon et nous voudrions la faire avec le meilleur temps possible.De plus, nous essayons toujours d’inclure des Highlands games et cela se révèle plus qu’ardu. Grrr ! Reste un espoir pour en voir à St Andrews. On espère y arriver à temps….

Nuit 7 : Camping le Ben Nevis park à Fort William

Jour 8 :

Repos en 3 épisodes. Après toute cette route, cela fait du bien. Nous observons combien la lumière reste belle malgré une journée de pluie continue. On tente de voir arriver le Jacobite Steam Train (le train d’Harry Potter) mais mal renseignés, on ne réussit pas. Ce n’est que partie remise car une fois à la gare, nous obtenons les infos voulues. Je vous les communique si vous voulez comme nous juste le voir partir ou arriver en gare. J’ai lu à plusieurs reprises que le trajet AR jusqu’à Mallaig est très onéreux pour ce que c’est. A vous de juger !
Départ de Fort William : 10 h 15 et 14 h 30
Arrivée à Fort Willliam : 16 h 00 et 18 h 40
Quelques courses de ravitaillement au Morrisson et nous occupons le reste de la journée à des jeux et à une navigation internet grâce au wifi (payant) du camping.
A demain pour la suite de nos aventures !

Nuit 8 : camping le Ben Nevis (bis)

Jour 9 :

Ce matin, le temps est enfin dégagé.

Après les services, nous filons voir le Jacobite Steam Train en gare. Il se repère facilement au nuage de vapeur qu’il dégage. Quelques photos et le plaisir de grimper dans la cabine de pilotage au côté du conducteur et d’admirer cette antique machine à vapeur.

Nous restons dans l’ambiance Harry Potter car notre prochaine étape sera le Glenfinnan monument qui se trouve en face du fameux viaduc au 21 arches sur lequel passe le “poudlard express”.


Nous grimpons sur la plateforme au dessus du monument érigé à la gloire des highlanders qui ont suivi Bonnie Prince Charlie dans sa tentative de reconquête du trône d’Ecosse.


(cliquez pour agrandir)

Attention, le passage en haut de la tour est particulièrement étroit et demande un peu de gymnastique. Mais cela en vaut la peine car la vue sur le loch Shiel est fabuleuse !


(cliquez pour agrandir)

Nous jetons également un oeil à la petite expo dans le visitor centre avant de reprendre la route. Jolis paysages dans la brume et découverte d’un ensemble de petits cairns souvenirs.

Un autre site mythique nous tend les bras, tellement représentatif de l’Ecosse: l’Eilean Donan Castle. Il apparait sur la plupart des cartes postales, a figuré dans le film Highlander avec Christophe Lambert et dans James Bond.


(cliquez pour agrandir)

Dès le parking, nous voila plongés dans une ambiance écossaise comme je les aime. Un joueur de cornemuse crée l’ambiance lorsque nous remontons le pont en direction du château. Je suis très émue car j’ai le sentiment de réaliser un rêve. La visite du château est très sympa car ils ont cherché à recréer une ambiance “habitée” avec des photos de famille, du mobilier et des pièces “vivantes”. On a beaucoup aimé et mitraillé ce château (sauf l’intérieur car photos interdites),

également depuis le pont d’en face qui nous permet une vue d’ensemble.

Dommage, le temps s’est un peu rebouché…
Nous sillonnons la route qui se révèle superbe,en direction de l’île de Skye. Je commence à manquer de superlatif pour vous décrire la beauté des paysages environnants.

On voudrait faire mille et une photos mais on ne peut s’arrêter aussi souvent que l’on voudrait. Et puis il faut bien garder un peu de mystère pour ceux d’entre vous qui envisage de se rendre en Ecosse. Ce ne sera donc que pour nos yeux ! On trouve un chouette coin pour “luncher” : désolée à force de parler anglais, cela déteint ! pour faire écossais, n’hésitez pas à rouler les “r” !


(cliquez pour agrandir)
On échange quelques mots avec des belges qui font un parcours à bord de voitures de collection : Rolls Royce, Austin Healey, Triumph.

Bien sympathique! On poursuit et c’est un enchantement à chaque tour de roue. On se décide un petit détour par Plockton. C’est un petit port de pêche tout mignon en retrait des circuits touristiques et où l’on va passer une soirée idyllique.

 

Ce sera notre plus gros coup de coeur de tout notre voyage !
Mais tout d’abord petit entrainement aux routes à passing places avant l’Ile de Skye. Puis on trouve facilement à stationner sur le port au fond derrière le tourist infos.

On part flâner dans les petites rues.

Les maisons sont face à la baie et leurs magnifiques jardins de l’autre côté de la rue. C’est une profusion de fleurs, de verdure et même de palmiers. La baie jouit d’un microclimat.

En passant devant le pub, on voit qu’on y joue ce soir de la musique traditonnelle. Chouette !! J’adore ça, la soirée devrait être géniale. Après un excellent fish and chips déguster sur un banc face au soleil couchant sur la baie, on se dirige vers le pub. On se dégote in extremis trois places assises car il y a déja du monde. On entame une conversation avec nos voisins de table, qui connaissent un peu la France pour y avoir passé des vacances et l’adorent. Puis le groupe accorde ses instruments et ça joue !

Huum, un régal ! Nous aurons beaucoup de mal à partir même lorsque la fatigue se fera sentir. Une nuit bien calme, face à la baie, nous attend. Au fait, toujours pas de midges en vue…

Nuit 9 : coordonnées GPS : N 57.33599° W 5.65382°

Jour 10 :

Super dodo un peu tardif car on s’est couché tard la veille. Le temps est splendide et on est tout excités de faire l’Ile de Skye par un si beau temps. Nous arrachant aux charmes de Plockton,


(cliquez pour agrandir)

nous tombons, oh surprise, sur des highlands cows, des vaches des Highlands que j’adore. Elles sont en liberté sur la route et nous pourrons les admirer sous toutes les coutures avant qu’elles ne rentrent au bercail. Elles ont un look extra !

On traverse ensuite le pont gratuit pour l’Ile de Skye

et nous voila propulsés dans une grande région à l’aspect désertique mais immense. On se sent tout petit. On en prend encore plein les yeux. On croise Portree avec juste un arrêt photo pour son petit port aux maisons colorées,

On s’arrête ici et là quand on peut saisir quelques vues remarquables jusqu’à ce qu’on arrive à l’Old Man of Storr. La vue est sublime et le parking suffisamment grand. C’est décidé, on mangera là !

S’enchainent ensuite des vues de plus en plus belles. L’Ile de Skye mérite vraiment 3 étoiles. On fait une pause un peu avant Kilt Rock pour une petite balade sans prétention sur un joli site avec une vue à 360 °. Wahou !


(photo de ma fille)

Kilt Rock : touristique à fond avec deux cars entiers sur le parking qui ont envahi le site. Tant pis ! on profite quand même

et le temps d’un petit café-thé,

tout le monde est parti ! On a presque préféré notre stop précédent. Malheureusement en été, il y a très peu d’eau à la cascade qui tombe dans la mer, c’est juste un filet d’eau que je n’ai même pas réussi à photographier. De plus, on nous a dit que Skye souffrait d’une petite sécheresse depuis quelques temps. ça doit être assez rare quand même !
De nouveau sur les routes d’Ecosse, on poursuit notre tour de l’ile, éblouis à chaque virage.


(cliquez pour agrandir)

J’en profite pour dire que les routes à passing places ne sont pas du tout problématiques.

Il y a peu de circulation, les autres conducteurs sont très prudents et les passing places en nombre suffisant pour que nous roulions sans stress. C’est une succession de falaises, de baies, puis de zones désertiques, des éboulis rocheux puis des plages : voici les nombreux visages de l’ile de Skye. On tombera sur un petit écomusée trop cher à visiter mais superbe à admirer !


(le petit port de Uig)

On repasse par Portree car on voulait récupérer la route pour nous rendre à la distillerie de Talisker mais on s’aperçoit qu’il existe deux Carbost (nom du village où elle se situe) et cela nous a induit en erreur. Pas grave ! il est temps de se poser et pour plus de facilités nous allons au camping à la sortie du petit port sur un terrain très nature, rendez-vous des routards, à l’ambiance très sympa que nous apprécierons beaucoup. Le terrain est un peu en pente mais les cales résolvent le problème. Le soleil brille toujours et nous dinons dehors avec les moutons comme spectateurs. Et toujours pas de midges…

nuit 10 : camping Torvaig campsite près de Portree

Jour 11 :

On se réveille sous un ciel très nuageux après une bonne nuit de sommeil à peine troublée par les bêlements des moutons.
Je partage avec mon zhom le problème que je constate sur mon appareil photo depuis que nous sommes en Ecosse : le cadre est trop petit ! je n’arrive pas à faire rentrer tout le paysage en entier ! Heureusement que son appareil fait les panoramas, on est sauvés !
Trève de plaisanterie, nous avons la 2e boucle de l’Ile de Skye à faire aujourd’hui.
Le temps reste malheureusement bouché et les paysages sont moins impressionnants qu’hier.


Nous croisons le Dunvegan Castle, château du clan Mac Leod, sans toutefois le visiter. Nous nous contenterons de l’admirer depuis la rive en face.


(prise au téléobjectif)

Nous décidons sur un coup de tête d’aller au bout du monde. Non, en fait de filer jusqu’à Neist Point. Mais je peux vous dire que cela fait la même impression. C’est un endroit au bout de tout, battu par les vents et éclairé par un joli phare tout blanc.

 

Pour s’y rendre, bien sûr une route à passing places. Maintenant on a l’habitude. Par contre, on déteste les “cattle grid” qui sont des sortes de grilles au sol empêchant le bétail de traverser ou de s’enfuir sur la route. Quand on passe dessus avec le camping-car, cela fait un bruit infernal en faisant tout trembler. Nous touchons notre but et garons le camping-car sur le parking. Nous partons à pied sur le chemin tout tracé jusqu’au phare.

Il faut vous prévenir que le chemin est assez rude avec pas mal d’escaliers et de dénivelés.

Mais le jeu en vaut la chandelle ! Quel endroit sauvage !


(cliquez pour agrandir)

On revient tout contents de notre balade et hop on repart! Sur la route, nous dérangerons le repas d’un rapace qui s’enfuira au son de notre moteur.


(prise au téléobjectif)

Nous ferons un arrêt à la distillerie de Talisker, célèbre pour son excellent whisky que je suis impatiente de déguster car je ne le connais pas.

Wahou, quel choc !  il est divin, il se trouve propulsé à la première place de mes whiskies préférés. Une vraie fête pour mes papilles.
La visite fut intéressante mais ardue à suivre en anglais, heureusement ils proposent des fiches explicatives en français. Ce qui nous fait décider d’ailleurs de ne pas faire d’autres visites de distillerie car maintenant nous avons compris le fonctionnement.
Sur le parking, nous admirerons ces camping-cars pas comme les autres !


Nous constatons sur notre route que la plupart des maisons sont à vendre et que tout le reste sont des bed and breakfasts. Il faut dire que dans cette région relativement austère, la vie ne doit pas apporter beaucoup de possibilités de revenus. Par contre, on a aimé l’idée géniale des “free range eggs”. : sur le bord de la route, les fermes laissent une boite avec les oeufs pondus du jour, on n’a qu’à se servir et laisser l’argent dans la boite en échange. bel exemple de confiance !


(ils feront le repas de midi !)

Encore quelques photos


(cliquez pour agrandir)

et nous traversons de nouveau le pont et choisissons de retourner dormir à Plockton. Je vous l’ai dit on a adoré cet endroit ! Nous retrouvons notre petite place sur le port et tentés par des plats de la mer nous nous rendons au restaurant attenant au pub de l’autre soir : le Plockton Inn. Nous nous régalerons de la pêche du jour : langoustines pour moi et poisson ultra frais avec une sauce à la vanille pour mon homme. Nous savourons l’ambiance de cet endroit si convivial et accueillant alors qu’entonnent quelques morceaux nos musiciens de l’autre soir, assis sur un bout de tabouret de façon impromptue.
La nuit s’annonce calme jusqu’à 3 h du matin : une tempête s’est levée qui aura fait se retirer une bonne partie de l’eau de la baie à notre plus grand étonnement. Les rafales s’enchainent, secouant le cc comme un cocotier. Bon, vous vous en doutez, nous n’avons pas dormi grand chose…

Nuit 11 : coordonnées GPS : N 57.33599° W 5.65382°

Jour 12 :

La nuit fut courte et le vent n’est pas retombé. On fait connaissance avec la face de l’Ecosse que l’on dit “battue par les vents”. Je ne sais pas à combien soufflent les rafales mais c’est plutôt impressionnant. La pluie finit par s’inviter à la partie et nous voila propulsés dans une ambiance de fin du monde.
Nous faisons la route en direction du Loch Ness et traversons des glens gigantesques, puis des forêts touffues et verdoyantes avant d’arriver au Loch proprement dit. Auparavant petit arrêt “picture” à l’Eilean Donan Castle avec cette lumière si particulière.


Le temps commence à se calmer, presque à regret car l’atmosphère créée par cet épisode venteux donnait toute sa dimension mystique à l’Ecosse.
Je constate et confirme ce que disaient nombre de voyageurs : le Loch Ness n’a rien d’exceptionnel si ce n’est sa dimension, il est immense ! Nous arrivons à l’Urquhart Castle


(façon peinture)

pour trouver un parking archi plein, bourrés de touristes et d’autobus. Après deux tours sur le parking sans trouver de place, nous abandonnons. On poursuit sur l’exhibition centre de Nessie, bondé lui aussi et attrape-touristes en puissance. Nous passons là aussi notre chemin. Comme il est l’heure de déjeuner, on commence notre recherche d’un petit coin sympa pour se poser. C’est devenu un rituel : Christian prend une photo depuis la vue du pare-brise du cc en déclamant : “il y a pire comme endroit pour manger !” Il faut dire que nous enchainons les endroits de rêve. On passe devant une pancarte qui indique le canal calédonian et des “boat cruises”. Tiens, tiens, il devrait y avoir un joli petit coin par là et hop on tourne à droite et on s’engage sur la petite route qui nous mène au bord du canal avec plein de jolis bateaux ancrés à quai, une écluse et des parkings (malheureusement tous “no overnight parking”) Parfait !

Les environs sont très agréables et pendant que nous mangeons un bateau de croisière passe l’écluse sous nos fenêtres, histoire d’agrémenter notre repas. Mais il y a toujours autant de vent.
Inverness nous tend les bras et on reprend la route. Nous touchons enfin la capitale des Highlands, pour laquelle nous aurons très vite un coup de coeur. Joli centre-ville piètonnier que nous irons explorer demain, un château le surplombant

 

et ici et là de vieilles bâtisses donnant une âme et une histoire à cette petite cité. Ravitaillement et pause camping. Nous en trouvons un à 5 petits kms au calme au bord du Beauly firth. Un peu vétuste mais le confort est quand même là et l’accueil sympathique.
Après un spectaculaire coucher de soleil sur le Firth,


(cliquez pour agrandir)

le marchand de glaces (et non de sable!) passera dans le camping avec son camion rigolo

et sa petite musique : il est 22 h 30 ! Pour nous, c’est plutôt l’heure d’aller se coucher que de manger une glace. Je vais donc vous laisser. Je sais que j’exagère mais je vous jure que c’est vrai : nous n’avons toujours vu aucun midge !

Nuit 12 : camping Bunchrew caravan park à côté d’Inverness.

Jour 13 :

Nuit bien calme. Ce matin, des résidus de la perturbation nous amènent encore quelques gouttes lorsque nous partons pour le centre-ville d’Inverness. Galère pour se garer : nous trouvons la solution de se garer sur le parking du Morrisson en payant notre sationnement 4 £ pour 3 h. Nous faisons d’abord halte au centre commercial , très semblable à ceux de France. A noter pour les familles avec de jeunes enfants, une jolie horloge animée égrenne les heures au milieu du centre.

Nous poursuivons par le centre piètonnier : High street et Church Street. Là encore des magasins bien semblables à part, bien sûr, ceux proposant des souvenirs d’Ecosse et il y en a à profusion. Nous monterons jusqu’au château, malheureusement sous la pluie et gâché par un échaffaudage. Nous aurons beaucoup apprécié cette ville.

Le soleil fait son apparition et nous accompagne jusqu’à notre prochaine destination : le champ de bataille de Culloden. Pas beaucoup de choses à voir, mais un devoir de mémoire pour tous ces highlanders massacrés par le duc de Cumberland et ses troupes le 16 avril 1746. Un lieu empreint de sérénité, balayé par les vents.


(cliquez pour agrandir)

Nous filons ensuite sur Clava Cairns. Pour moi, une signification toute particulière puisqu’il est le site de référence de mon livre préféré : “le chardon et le tartan” de Diana Gabaldon. C’est là que l’héroïne du roman se trouve propulsée dans le temps en touchant l’une des pierres, fendue en son milieu.

Je savoure l’instant et profite de ce site qui est en fait un cimetière remontant à 1000 ans avant JC.


Un petit café-thé, et on se dit que le parking pourrait faire un bon coin pour dormir mais il est encore trop tôt. Nous essaierons d’apercevoir le Cawdor Castle, sans succès, car protégé derrière une dense végétation.

L’entrèe est trop chère à notre goût car il ne fait pas partie de notre historic pass. Tant pis! On rejoint Nairn où j’avais lu qu’il y avait une plage de sable blanc. Raté ! C’est une plage on ne peut plus classique mais on l’apprécie. On passe des montagnes à la campagne écossaise pour finir à la plage.


(cliquez pour agrandir)

C’est assez déconcertant cette varieté de paysages et d’atmosphère en une seule journée.
Cette fois, il est temps de trouver un endroit pour dormir. On se tourne en direction d’Elgin où nous visiterons sa cathédrale demain. Petit crochet par le petit village de Dyke, tranquille avec un parking au calme face aux champs qui sera parfait pour la nuit. Aucun midge en vue !

Nuit 12 : coordonnées GPS : N 57.60557° W 3.69158°

Jour 14 :

Ce matin, j’ouvre les volets sur une journée radieuse après une nuit parfaite. Cela fait du bien ! Mais que les highlands me manquent !! On se dirige, ce jour, sur la cathédrale d’Elgin, joyau de pierres du 13e siècle sur son écrin de verdure. On fait marcher notre historic pass et nous voila dans ses murs, enfin dans ses ruines mais une telle majesté se dégage des lieux que l’on a aucun mal à visualiser ses dimensions. La visite est un régal et de plus, le soleil brille mettant en valeur l’architecture.

On traverse la campagne pour se rendre à Keith d’abord, faire un petit stop-photo de la distillerie de Strathisla avec ses beaux toits en pagode.

Les paysages ressemblent beaucoup à ceux de la France et ont repris une dimension “classique”. Plus de paysages à couper le souffle ! Après cette traversée d’Ouest en Est de l’Ecosse, le retour à la “normalité” est rude ! Mais c’est un autre visage de l’Ecosse qui s’offre à nous avec là aussi, beaucoup de points intéressants. Notamment les visites des châteaux, abbayes et la grande ville d’Edimburgh.
Notre choix se porte pour cet après-midi sur un petit château au charme simple mais qui nous a plu : le Huntly Castle. Comme il fait partie de notre historic pass, nous l’amortissons. Nous aurons beaucoup de difficultés à trouver son accès mais y parviendrons finalement. Une visite libre pour s’approprier les lieux à notre guise, se perdre dans les escaliers qui débouchent de tous les côtés, dégotter la prison, monter en haut de la tour et flâner dans les extérieurs en foulant les restes de la voie d’accès médiévale du château.


(l’oiseau s’est envolé !)

Après un petit café-thé,

nous prend l’envie de mer et de plage. On fonce sur Stonehaven, petite station après Aberdeen. Malheureusement les embouteillages d’Aberdeen (Aïe, le retour à la civilisation!) compromet grandement notre fin d’après-midi. Stonehaven ne nous plait pas trop et on se trouve finalement un petit coin pour dormir à l’entrée d’une forêt en remettant à demain, après la visite du Dunottar Castle, notre pause plage.

Nuit 14 : coordonnées GPS N 56.95499° W 2.22309°

Voila pour la première partie de notre voyage en Ecosse, je prépare la suite dans les prochains jours. En attendant, j’espère que vous aurez plaisir à parcourir cette entrée en matière. A bientôt !

Share on FacebookShare on Google+Pin on PinterestTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

19 Commentaires

  1. Epoustouvent (lol)
    Epoustouflant ou époustouvent avec tout ce vent ?
    Mes lointaines racines celtes frémissent à ton récit. Devant certains paysages l’émotion monte et la larme n’est pas loin. Que c’est beau !
    Tu as un indéniable talent de photographe et de naratrice, as tu songé à publier ?
    Merci pour cet enchantement.
    eve

  2. Merci de votre visite et de votre gentil commentaire ! ce serait toujours un plaisir de croiser sur la route mes lecteurs et surtout mes collègues camping-caristes…

  3. ALALALALA… que dire ? Extraordinairement fantastique, génialissime, magnifiquissime, je n’ai pas eu assez de mes deux yeux pour te lire et admirer les paysages tous plus beaux les uns que les autres, même si les étendues les plus sauvages sont celles que j’ai préféré. Après tout ça, je n’ai qu’une envie, traverser l’écran pour rejoindre toute cette beauté, avec un titre de livre que j’ai noté au passage “le chardon et le tartan” Je pense qu’il doit être très très difficile d’emprunter le chemin du retour.
    Merci infiniment pour ce partage, un véritable enchantement, promis, je vais revenir…
    Bien amicalement. Ps : je suis fan d’Harry

  4. Je reste sans voix devant tant de beauté, les yeux exorbités et formant des circonvolutions (tu sais, comme dans les dessins animés). Subjuguée aussi par tes (ou plutôt vos) merveilleuses photos. La relève est assurée !
    La lumière est juste sublime, et les paysages semblent irréels, tu m’énerves … euh pardon … quel régal !
    J’ai passé un moment divin, YOU ARE REALLY THE BEST !

  5. que dire ?
    Rien …ou plutôt si : merci ! juste savourer ce moment, ce partage d’émotions, de paysages …j’adore les blogs de camping-car, j’ai l’impression de partir plusieurs fois : avant, quand je cherche des infos, pendant quand j’écris les articles de mon blog, après quand je reviens et que je découvre les vacances des autres …
    L’écosse n’est pas prévue au programme, mais je sais où demander des infos si besoin !!! Vivement la suite !

  6. voici la deuxième fois que je viens “voyager” ici! des photos superbes un récit qui tient en haleine, bravo et merci !!
    bises

  7. ) je ne sais pas si je dois te remercier pour tout celà… car je suis encore plus impatiente de partir… encore 11 mois à attendre. MERCI beaucoup pour tout ça, ce partage est magnifique, splendide.
    J’ai d’ailleurs des petites questions pratiques, mais je ne voudrais pas te déranger.
    Encore des grands mercis je file voir la suite

  8. Merci beaucoup d’avoir partagé ces photos superbes, ces commentaires (il n’y en a ni trop ni pas assez). Ca fait rêver j’imagine tous ceux qui, comme nous, ont envie d’aller à la rencontre de l’Ecosse.

  9. je suis ravie que le voyage vous ai plu ! n’hésitez surtout pas à y aller ainsi le rêve deviendra réalité comme se fut notre cas…

  10. voyage magnifique et combien dépaysant ne serait-ce que par la conduite à gauche et les paysages grandioses

  11. Tout simplement magnifique.
    Vous m’avez fait passer un bon moment.
    Merci pour ce voyage…

  12. Bonjour,
    Votre blog sur l’Ecosse est magnifique,ça nous a rappelé notre voyage en Ecosse en Août 2011 ( 3 semaines)avec nos enfants , et nous aussi nous avons traversé en camping car l’angleterre pour nous rendre en Ecosse.Nous y retournerons c’est certain car il y a tellement de choses à voir et à faire en plus les écossais sont des gens très agréables.Peut être que nous nous croiserons au détour d’un voyage.

  13. superbe recit, superbes photos, et magnifique cavalier k charles!
    je ne suis pas encore remise de la disparition du mien mais le votre est tellement craquant qu’il donne envie!
    notre voyage en ecosse est prévu en mai mais vos photos sont si belles que je n’aurai pas envie de publier les miennes!

  14. Pascal perez

    Bonjour Très belle vacances
    Par contre comment avez vous fait pour amener votre chien ….
    Amicalement pascal
    Pascane@hotmail.fr

  15. super la quantité d’informations que vous y avez mis! Bravo…et j’en profiterai cet été
    Christian

  16. Votre récit et vos photos sont magnifiques et me donnent envie de retourner dans ce si beau pays, fait pour les CCaristes. Nous y avions passé 3 semaines en été 2010, un périple de 3 300 kms à travers des paysages magnifiques et grandioses, des écossais vraiment accueillants, une météo capricieuse (4 saisons en 1 journée…j’exagère), des midges coriaces (affreux ces petites bêtes) et aussi plein de surprises. Nous avions commencé notre voyage par l’est (j’avais adoré Saint Abbs et Edimbourg), nous avions eu la chance de voir the Queen à Balmoral pour un moment vraiment spectaculaire, les honneurs à la Garde écossaisse. Glencoe, les trosacs, l’ile de Skye (hélas pas assez longtemps)…Nous avions séjourné à Duftowm pour une visite de la distillerie Glenfidish (superbe …et avec dégustation gratuite et interprète) et je suis d’accord avec vous concernant le petit village de Plocktown….ce fut aussi l’une des plus belles étapes de notre voyage.
    Merci, je vais pouvoir affiner mon prochain séjour là-bas avec toutes les bonnes infos de votre blog

  17. Votre site est vraiment…..:MAGNIFIQUE.
    Nous nous delectons de toutes ces photos et commentaires.
    Et ne nous en cachons pas : cela nous permet de “piquer” des idees de balades.
    merci encore.
    Des voisins camping-caristes (avec 2 enfants)de l’Ain.
    Et qui c’est peut-être qu’un jour nos routes se croiseront…

  18. Bonjour,
    Ah l’Ecosse, c’est bien joli. Moi c’était en 2010 mais moins longtemps. On avait beaucoup apprécié ces paysages, loin de la foule et de la chaleur des pays du Sud. Merci de me rappeler de si bons souvenirs avec ces magnifiques photos.

  19. Je suis partie sur ton récit hier soir et j’ai trouvé l’ Ecosse magnifique : photos et infos géniales, nous donnent vraiment l’envie de faire ce voyage , je passe une prochaine fois sur la 2ème partie… a+

Faites moi part de vos impressions