Apremont sur Allier, retour au zoo de Beauval et visite du manoir de Clos Lucé

Classé dans : France | 6

Voici donc le programme alléchant de ce week-end prolongé du 8 mai qui nous fera traverser plusieurs régions comme le Berry, l’Allier, l’Auvergne et la Tourraine.
En premier lieu, nous choisissons dans notre traversée de la France de faire une étape détente afin de se reposer de la route. Petit détour par Apremont sur Allier, plus beau village de France, qui possède un parc floral faisant partie des “jardins remarquables de France”. Il est situé en bord de l’Allier (comme son nom l’indique !) et un petit parking à l’entrée du village nous accueillera pour déjeuner en attendant de nous rendre à notre visite.

Cet ancien village de carriers a été aménagé par le maître de forge Eugène Schneider, afin de le mettre en valeur, quitte à raser ce qui n’est pas en harmonie, dans le but de réaliser un village médiéval dans le style berrichon. Joli cadre pour un village un peu mort mais dont le parc floral réhausse son intérêt.

 Ce jardin enchanteur, créé par Gilles de Brissac, est agrémenté de “fabriques”, constructions fantaisies réalisées dans l’esprit de la seconde moitié du 18e siècle (source : site officiel d’Apremont). Parfait pour oublier le bitume, le bruit et la pollution !

Dès l’entrée nous sommes envahis par la splendeur et le calme des lieux. Un espace de fraîcheur, de couleurs, de sérénité qui nous enchante. La tonnelle de glycine est magnifique et la remonter dégage un bien être immédiat. Je vous laisse juge…


Une fois sortis, nous remontons la rue principale de ce village tout riquiqui en surprenant ici et là des points de vue agréables.


(je n’ai pas trouvé de fleur de pissenlit ;-), Martine, mais je t’offre ce coquelicot ! lol !)

Il est temps de reprendre la route pour notre destination de demain. La météo nous a poussé à changer quelque peu notre programme en inversant nos jours de visite. Ce sera finalement le manoir du Clos Lucé qui nous accueillera, le temps de toucher du doigt le génie de Léonardo da Vinci. Etape du jour : un France Passion (nous devenons de fervents adeptes de ce style d’accueil) avec dégustation de fromages de chèvres exquis (nous sommes très proches du terroir de l’AOC Crottins de Chavignol) et conversation à bâtons rompus avec notre hôte qui constitueront le menu de cette fin d’après-midi.

Il nous restait encore un peu de route avant d’arriver à notre destination et nous décidons de longer le Cher pour apprécier la balade. Cependant la route se révèle longuette et un peu pénible aux traversées des villes et villages ce qui nous fera préférer l’autoroute pour notre retour. Arrivés sur place, nous constatons qu’il y a malgré tout de quoi stationner. Tout d’abord un parking proche du château au tarif de 1 euros fixe pour 24 heures maxi, ce qui suppose que l’on peut dormir sur place. Le cadre est plutôt sympa. De peur de ne pas trouver de place, nous avons cherché un peu plus loin et avons également trouvé un autre parking pour camping-cars gratuit en fond de cour et c’est là que nous nous sommes installés. Une courte marche à pied nous amène à l’entrée du Manoir du Clos Lucé que je rêvais de visiter depuis un bon moment. Quelques rayons de soleil nous ferons opter pour la visite des jardins en premier. Là sont exposés des maquettes grandeur nature des croquis de ce génie qu’était Léonard de Vinci.


le char selon Léonard de Vinci

la mitrailleuse

Plusieurs de ces maquettes sont interactives et permettent de bien comprendre leur fonctionnement. Un large échantillon de ses dessins et tableaux sont reproduits sur d’immenses toiles et suspendus dans les arbres donnant une atmosphère singulière à l’endroit.


l’ancêtre du pédalo ?


l’ornithoptère


le polyèdre

Une exposition temporaire sur l’art France-Chine nous ravira avec, au plafond, la célèbre machine volante de ce génial inventeur.

C’est un vrai bonheur d’expérimenter et de s’approcher de l’extraordinaire travail de cet homme à part. Nous terminons le circuit de visite des jardins et entrons dans le manoir à proprement dit.

De jolies salles composent cet intérieur qui aura été un lieu de séjour, sur l’invitation de François 1er, puis celui de son dernier souffle le 2 mai 1519.

Il est toujours important de resituer l’époque à laquelle vivait cet homme (le 16e siècle !) au vu de ses inventions, tellement en avance sur leur temps. La suite de la visite se fera en sous-sol avec une rétrospective de toutes ces inventions sous formes de maquettes, de vidéos animées, et de reproduction de ses dessins.

 C’est là que l’on se rend compte de l’extraordinaire pouvoir d’invention que Léonard de Vinci possédait dans tous les domaines de la vie : génie civile, anatomie, peinture, architecture, mathématiques et j’en oublie…Bref vous l’aurez compris nous avons adoré cet endroit. Nous clôturons notre visite sur la terrasse surplombant le jardin aromatique du maître et nous offrant une vue spectaculaire sur Amboise sous un ciel d’orage.


avant l’orage

Nous laissons la visite du château d’Amboise pour un autre séjour dans cette région de tourraine fort riche en patrimoine de toutes sortes, séjour noté dans nos tablettes évidemment pour une autre occasion. Je voulais avant cela partager avec vous la définition de l’amour de Léonard de Vinci que j’ai tout particulièrement appréciée :

Prochaine étape : retour au zoo de Beauval pour saluer les pandas ! Le site a bien changé : il existe dorénavant un parking réservé aux campings-cars juste devant l’entrée et au bord de la route. Il est bien chargé en ce pont du mois de mai et nous lui préférerons le france-Passion (encore ! ) situé à 50 m en amont où nous nous achèterons des fraises du jardin et où nous ne partagerons notre stationnement qu’avec 4 autres camping-cars. Néanmoins la nuit gardera son charme avec les cris des animaux du parc pour nous plonger dans une impression de nuit en savane, comme lors de notre dernier séjour.

Dodo au calme, la circulation devenant inexistante durant la nuit. Fin prêts, nous effectuons les quelques mètres nous séparant de l’entrée avec enthousiasme et excitation. Le matin nous permettra de profiter du zoo avec peu de visiteurs. Les animaux sont toujours en aussi bonne santé et leur habitat tout aussi large sauf peut être ceux des rapaces que je trouve plutôt justes cependant il y a des spectacles d’oiseaux dans la journée et je pense que cela leur permet de se dégourdir les ailes. Nous sommes au printemps, l’époque des bébés, et nous aurons la chance de vivre de merveilleux instants dans la contemplation de ces petits d’animaux. Le nourrissage au biberon du bébé lamantin suivi de son calin à sa maman me tireront des larmes aux yeux.

Nous voilà enfin devant l’enclos des pandas.

La femelle nous offrira un show, tellement elle batifolera, fera des galipettes et des acrobaties, toute fofolle pour notre plus grand plaisir. L’animatrice nous confirmera que c’est assez rare du fait que ce sont des animaux qui passent beaucoup de temps à dormir ou à se nourrir. Un pur moment de joie ! Le mâle quant à lui dormira à poings fermés. Nous le retrouverons plus tard dans la journée lors de son repas constitué exclusivement, comme vous le savez, de bambous. Il est amusant de l’observer, tant ses gestes sont précis et utiles.

La varieté des animaux proposés est riche et souvent unique et c’est avec bonheur que j’admirerai les koalas,

les gorilles,

le paresseux,

les différents rhinocéros avec le bébé qui tête sa maman,

les loutres qui s’amusent toujours à nous serrer la main,

et tant d’autres qui rendent cette visite si particulière.


qui c’est ?!

D’autant plus que je sais le parc très impliqué dans la sauvegarde des animaux menacés. Un grand moment d’émerveillement !

Le soir, nous retournerons au camping-car fourbus mais heureux pour une nouvelle nuit chez notre hôte avant de reprendre la route le lendemain, car mon homme travaille ce samedi. Nous envisagions de faire une autre halte dans un village d’Auvergne mais finalement nous avons prolongé notre halte sur l’aire de Saint Pourçain sur Sioule, tant nous étions bien installés au bord de l’eau sous un soleil bienvenu à observer les bancs de truites passés sous nos yeux tellement l’eau est claire, et les passages des différents oiseaux profitant d’une pause de vol.
Encore un week-end à engranger plein de bons souvenirs !
Je tiens ici à remercier chaleureusement les “nounous” de notre Iago qui nous ont permis de partir l’esprit tranquille en leur confiant notre petit matou préféré.

 

Share on FacebookShare on Google+Pin on PinterestTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

6 Commentaires

  1. brigeou 11

    bravo, encore une fois superbes photos,

  2. Un grand moment de pur bonheur que de te lire et d’admirer tes belles photos! Merci !
    Bisous à tous
    Clara

  3. Bonsoir Agnès ! J’ai vu en début d’après-midi que tu avais posté un article mais je n’ai pas pu l’ouvrir sur mon téléphone portable et j’ai trépigné d’impatience jusqu’à ce soir. Que voilà un beau week-end bien rempli de merveilleuses visites, comme je les adore !
    Des jardins, de l’histoire, des animaux, tout y est ! Je note ce beau village avec son parc vraiment magnifique dont je n’avais jamais entendu parler, ainsi que le Clos Lucé, nous avions juste visité le château qui faisait également une part belle au génie Italien. Quant au zoo de Beauval, inutile de dire que si c’était possible, j’y retournerai bien volontiers y faire un petit tour tous les après-midis, nous ne nous lassons jamais d’observer ce monde fascinant … Tu es une petite veinarde, merci pour cette jolie fleur qui me va droit au coeur et qui confirme bien ce que je te disais Bises, Martine.
    P.S. : Excellent souvenir de l’aire de Saint-Pourçain, elle devait juste être une halte alors que nous descendions dans le sud et nous y étions restés 2 jours tellement on s’y était plu !

  4. Je ne connais pas Apremont mais tes photos sont si belles que je sens que je vais inscrire ce lieu sur nos tablettes. Peut-être un peu loin pour nous pour un we de 4 jours mais peut-être lors de vacances. Beau WE. Bises.

  5. un régal ce reportage..merci

Faites moi part de vos impressions